Spectacle : Le livre de la jungle, version tunisienne !





Des décors sortant tout droit d’un joli rêve merveilleux. Cela nous a été gentiment livré dans un «Livre de la jungle», tout drôle, tout joli.
L’aventure était inattendue et drolatique dans ce «livre de la jungle». Et le spectacle était mélodique, futé et revigorant. Dans cette comédie musicale produite par Yalil Production, le fantastique et la musique n’ont fait qu’un, pour amener les petites têtes brunes et blondes aussi, à s’aventurer avec Mowgli en pleine savane. L’histoire on la connaît tous, ou presque. L’aventure d’un petit homme Mowgli qui est élevé dans une famille de loup. Une histoire éclairée de magie qui, montée en comédie musicale, se retrouve rehaussée de chansons chorégraphiées et surtout de rebondissements. Ici, les animaux de la jungle filent dans une aventure qui se déroule dans une forêt inhospitalière. Mowgli s’entoure d’une colonie d’animaux féroces, Sheer Khan le méchant tigre et Kaa, le serpent hypnotiseur. Une jungle qu’il va approcher, apprendre à connaître et finalement apprivoiser. Non sans peine. Les enfants ont adoré l’intervention de Baloo, le gentil ours dodu venu à la rescousse, lorsque Mowgli a été détenu par les singes. Ou encore lorsque le méchant Sheer Khan a été terrassé. Après les frissons d’inquiétude, on apprend enfin que Bagherra (la panthère) ne décède pas. L’histoire en est sortie éclairée d’optimisme.
Dans cette forêt à dimension humaine, les artistes s’en donnent à ‘’corps’’ joie. Mention spéciale à Bagherra à la démarche féline et le facétieux Baloo qui était de bon conseil pour Mowgli. Sans oublier la beauté du texte qui laisse contemplatif à plus d’un égard. Le tout a donné à voir une comédie musicale qui, sur les lèvres des petits, s’est soldée en sourires et en éclats de rire. Cela a fait tout le bonheur des parents qui pardonneront aux organisateurs ces désagréments de l’organisation comme la longue attente devant le théâtre et la demi-heure de retard avant le démarrage du spectacle. Les parents excusent aussi ces tableaux de danse non synchrones et passent l’éponge sur le fait que nos comédiens tunisiens avaient plutôt un mouvement de lèvres non assorti aux textes et les chansons diffusées en playback ! Les parents pardonnent tout. Les méchants journalistes aussi. Car l’essentiel est que les enfants explorent cette savane hostile, qui leur donne des leçons de vie. Cette jungle habitée par des animaux épatants, joyeusement campés par nos ‘‘concitoyens’’, devient un endroit hautement fréquentable par les enfants.


Mona BEN GAMRA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com