4e réunion à Tunis du Conseil Supérieur de l’OFA : Hommage aux femmes





La réussite exceptionnelle de l’expérience féminine tunisienne n’est point une approche chancelante. C’est une réalité. Le statut de la femme tunisienne fait que notre Tunisie soit un exemple à suivre.


Tunis – Le Quotidien
Le modèle tunisien, précurseur concernant le statut de la femme, pourrait donner le branle à nos consœurs dans les pays arabes. C’est d’ailleurs en guise de reconnaissance à notre parcours féministe sans égal dans le Monde arabe, que Madame Leïla Ben Ali, épouse du Président de la République et présidente de l’OFA, pour la période 2009-2011, souligne l’adhésion active et inconditionnelle de la Tunisie à la consolidation des potentialités de l’organisation au service de la femme arabe. La Tunisie n’a pas lésiné sur les efforts pour promouvoir la solidarité entre les femmes dans les pays arabes. La première Dame de Tunisie a, de fait, insisté sur la consolidation de la solidarité entre les femmes arabes, élément majeur de la solidarité arabe en général. Car bien qu’elle représente la moitié de la société et qu’elle soit une partenaire digne et indispensable, la femme arabe n’a toujours pas la place qu’elle mérite au sein même d’une société qui demeure la sienne ! A ce titre, les réunions de l’OFA dans la prochaine étape constituent une opportunité pour réfléchir sur les moyens et les méthodes de la promotion de la condition de la femme arabe. Une étape, qui sera, durant les deux prochaines années, sous la présidence de la Tunisie, en la personne de Madame Leïla Ben Ali. Un mandat pendant lequel, les membres de l’organisation s’attendent à tirer profit de la grande expérience de l’épouse du Chef de l’Etat et de la Tunisie en matière de droit et des acquis de la femme. Des acquis dont le rayonnement national et international n’est plus à prouver. La présidence tunisienne de cette organisation va être le point de départ d’une étape de la plus-value pour renforcer la présence de la femme arabe dans la vie publique et favoriser les conditions propices à l’impulsion de sa participation dans tous les domaines.


Fierté tunisienne
L’abolition de la polygamie, l’interdiction de la répudiation, l’abrogation du mariage forcé, légalisation du divorce…que des avancées pour un pays «en voie de développement». L’amélioration du statut de la femme ne date pas d’hier. Cela a pris naissance avec les grands Abdel Aziz Thâalbi et Tahar Haddad, penseurs et patriotes qui ont milité pour l’émancipation de la femme tunisienne. Bien qu’elles aient été heurtées par huées conservatrices, leurs pensées furent reconnues lors de la promulgation du Code du statut personnel. Depuis, le principe d’égalité entre hommes et femmes a été expressément affirmé en tant que réalité palpable dans les textes législatifs tunisiens. Et le Code du statut personnel en est témoin. Des avancées qui font de la femme tunisienne une véritable exception dans le Monde arabe. Ce n’est pas le fait du hasard qu’aujourd’hui, notre Tunisie, célèbre en grandes pompes, la 4e réunion du Conseil Supérieur de l’OFA. C’est une nouvelle opportunité pour nous de mesurer, en tant que femmes tunisiennes, tous nos acquis. Des femmes tunisiennes qui ont su, durant ces dernières décennies, s’installer aux meilleurs rangs sociaux grâce à une politique tunisienne clairvoyante qui a toujours misé sur la femme en tant qu’élément à part entière. Très fières de leur identité arabo-musulmane, de leur culture et de leur émancipation, les femmes tunisiennes sont le modèle arabe le plus moderne et prospère. Notre population tunisienne autodéterminée et libérée d’un archaïsme qui continue pourtant de sévir dans des pays limitrophes est la preuve de notre grandeur. Merci à nos grands penseurs, Merci au leader Bourguiba, merci au Président Ben Ali qui a repris ce bel héritage pour le perpétuer comme un label tunisien et merci à la première Dame de Tunisie de nous représenter, aujourd’hui en tant que, fièrement, tunisiennes.


Abir CHEMLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com