Les Américains entament leur retrait des villes et agglomérations : L’Irak en fête





Les Irakiens ont commencé hier à célébrer le retrait des troupes US des villes et agglomérations au milieu de mesures de sécurité exceptionnelles pour éviter que des attentats ne gâchent la fête.


Le Quotidien-Agences
Le moment le plus émouvant a eu lieu dans la matinée avec la passation de pouvoir de la dernière des 86 positions américaines à Bagdad. Les Irakiens ont repris possession de l'ancien ministère de la Défense dans le centre historique de la capitale. Ce bâtiment construit en 1938 était occupé depuis 2003 par les forces américaines.
"En restituant l'ancien ministère de la Défense aux autorités irakiennes c'est le symbole de sa souveraineté que s'approprie à nouveau notre peuple et ce moment marque la fin de la domination de la Force multinationale", a affirmé le général irakien Abboud Qambar, commandant de la chambre d'opérations de Bagdad.
Il venait de recevoir des mains du général Daniel Bolger, commandant de la Force multinationale de Bagdad une clé symbolique. Sur le bâtiment flottait un immense drapeau irakien.
Occupé immédiatement après son arrivée par l'armée américaine, l'ancien ministère servira désormais de quartier général pour la 11e division de l'armée irakienne en charge de la sécurité de Bagdad.
Le nouveau ministère est situé dans la "zone verte", secteur ultra protégé de la capitale.
Les barrages de la police étaient décorés de fleurs artificielles et de drapeaux irakiens et les voitures de police étaient ornées de rubans colorés. Des banderoles étaient érigées avec ces mots: "Irak: ma nation, ma dignité, mon honneur".
Mais pour marquer "le jour de la souveraineté nationale", vers 18H00 (15H00 GMT) a eu lieu une grande fête à Zawra, le plus grand parc de la capitale, où les Bagdadis pourront vibrer au son de la musique de leurs chanteurs préférés.


«Un premier pas»
Le retrait américain hier des villes s'inscrit dans l'accord de sécurité signé en novembre par Bagdad et Washington et qui doit aboutir fin 2011 au départ de toutes les troupes américaines d'Irak.
Dans la ville sainte de Najaf, l'un des quatre grands ayatollahs chiîtes, cheikh Ali Bachir al-Najafi, s'en est réjouit. "C'est un premier pas qui, je l'espère, sera suivi par d'autres afin que le pays recouvre son indépendance et sa souveraineté", a-t-il dit.
"C'est aussi un véritable test pour juger de l'efficacité des forces irakiennes à assumer la responsabilité de la sécurité. C'est le résultat des efforts énormes des fidèles irakiens et par les autorités religieuses", a-t-il ajouté.
"Nous considérons que le 30 juin est le vrai début de la souveraineté irakienne car désormais l'Irak sera comme n'importe quel pays arabe où la présence des forces étrangères est organisée selon des accords entre le gouvernement et ces forces", a-t-il encore dit.
Cela n’empêche, sept policiers irakiens et un agent de sécurité kurde ont été tués hier en tentant de désamorcer une voiture piégée et une bombe près de Mossoul, a-t-on indiqué de source policière.
Par ailleurs, deux policiers ont été tués et deux autres blessés en tentant de désamorcer une bombe magnétique sur le pont Hammam al-Alil, à 15 km au sud de la capitale de la province de Ninive.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com