A Ennejma Ezzahra : Des jeunes dans la cour des grands





Joie, fraîcheur, énergie et professionnalisme tels ont été les mots clés du concert de restitution, donné samedi à Ennejma Ezzahra, lors de la clôture d’une résidence jazz.
Déjà sept ans depuis que le programme de partenariat artistique entre la Délégation Wallonie- Bruxelles à Tunis et le Centre des Musiques Arabes et Méditerranéennes à Sidi Bou Saïd a été lancé. Coopération artistique qui a permis à de nombreux artistes tunisiens d’affûter leur talent et de s’envoler haut dans les cieux de la créativité. Le concert du samedi dernier a créé l’événement. Ceux qui ont été au rendez-vous, ont eu la chance d’assister à la naissance et à l’émergence de nouveaux talents. Avec la reprise d’un célèbre standard «You don’t know what love is», le coup d’envoi du concert de restitution a été donné, au palais Ennejma Ezzahra, en présence de son directeur, l’artiste Mourad Sakli, et de M. Daniel Soil, Délégué de Wallonie- Bruxelles à Tunis. Trois formations se sont succédé sur la scène, partageant avec l’assistance une passion commune pour le jazz. Mais outre la reprise de certains standards comme «Autumn lives» et «Summer times», le public a pu apprécier également de fraîches compositions signées lors de cette résidence. «Alexandra», «De Versailles à Gaza», «Mother», «Wishes», «Virage», «Métamorphose», «Vertige» et d’autres compositions qui ont valu à leurs jeunes maîtres des tonnerres d’applaudissements. On a applaudi la virtuosité, la discipline artistique, la sensibilité et la justesse du jeu de tous nos jeunes qui ont pris part au concert. Mohamed Ali Kammoun (piano), Mohamed Hédi Ben Jaâfar (violon), Nidhal Jaoua (qanun), Jaâfar Mabrouk, Nafaâ Allam (Batterie) et d’autres instrumentistes ont su couper le souffle du public, durant presque trois heures. On a applaudi également le talent hors-pair de Hessine, qui a enchanté le public de ses flûtes magiques, la belle voix de Dina Abdelawahed et… le savoir-faire du joueur des percussions.
Encadrés par trois artistes professionnels, à savoir notre national Faouzi Chekili (guitare), Pierre Vaïana (saxophone) et Pirly Zurstrassen (accordéon), nos espoirs ont réussi à explorer de nouvelles pistes artistiques. De passionnants dialogues entre le saxophone le qanun, la tabla et le piano, les castagnettes et l’accordéon, le «bendir» et la batterie ont marqué ces vadrouilles musicales dans la planète jazz. Et qui peut résister à ces guitares qui vous emmènent à rêver, à un violon qui vous fait décoller, à une batterie pour valser et un saxo pour swinguer? Personne. On adore ces sons authentiquement tunisiens qui s’inscrivent au cœur d'une musique universelle. «C’est un grand concert! J’ai énormément apprécié le talent de ces jeunes. Je pense qu’aujourd’hui, nous sommes prêts à lancer un CD regroupant ces créations. Il est temps de faire un autre pas pour encourager ces espoirs dont quelques-uns vont partir pour bientôt dans un stage en Wallonie- Bruxelles» nous a déclaré M. Daniel Soil, Délégué de Wallonie-Bruxelles à Tunis à la fin du concert. Pour nous jeunes, ils ne peuvent qu’être aux anges. Ils ne peuvent que rêver en attendant la nouvelle édition de «Couleurs jazz», prévue pour novembre prochain.


Imen ABDERRAHMANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com