Mon été à moi : Leïla Hjaïej : la belle et… la saison





Dans la tête de la «princesse» du tarab, la saison est tout naturellement esquissée. Sa grille estivale s’annonce à la fois chaude, fraîche et bien croisée d’un clavier coloré et fruité.  
Avant que notre lady ne se produise, le 11 août prochain à l’amphithéâtre de la ville punique avec Zied Gharsa, Le Quotidien a butiné quelques infos de vaste champ d’été. En grattant un peu dans son quotidien partagé entre boulot, dodo et tout un matelas … de passions. Nous sommes à un vol d’oiseau de Ksar Tej d’El Menzah, Madame la prof d’anglais à l’Institut Supérieur des Langues de la Cité El Khadra, nous a ouvert sa porte et un volet de sa vie. Elle nous paru obnubilée par ce concert de rêve et bien occupée même si son «école» fermée. Elle prépare son deuxième concert à Carthage. Le premier a eu lieu dans un autre temps avec Anouar Brahem. Ici, nous ouvrons sans protocole une légitime parenthèse. Car Madame s’est produite aussi au palais El Abdellia de la Marsa, qui n’était autre que l’annexe des sessions précédentes de la scène punique. Sinon son été à elle est généreusement fleurdelisé de moments forts en famille. La petite : avec son époux Soufiène l’ingénieur et les deux prunelles de ses yeux clairs, Meriem et Inès (10 et12 ans). Et la ronde bien large, peuplée de parents, beaux parents, frères, sœurs…, sans sauter le peloton  d’ami(e)s. Ceci compte énormément dans la vie de notre artiste.
 
Sous le parasol : une ligne et une étoile en couleurs
«La valeur humaine et le côté relationnel me sont importants. Tout le reste est faiblesse. J’adore contempler des heures durant la mer et son infini, accueillir les proches, chez moi, à Korba que j’ai baptisé mon refuge d’été et… de toutes les vacances. J’adore me promener sur les dunes de cette plage, pas encore défigurée. En même temps, j’aime être entourée et croquer  mon morceau de vie à ma façon», philosophe Leïla. Son morceau de vie est fait de mille et un morceaux. Au sortir des baignades, elle enfile sur son maillot de bain un paréo aux couleurs exotiques et se laisse bercer par du tarab et autres musiques, en reprenant tous les refrains. S’offrir de temps à autre de petites siestes aux couleurs de la grenade, c’est bon pour la santé.  A condition qu’elle fasse un peu de lecture. Pour cet été et après avoir lu Mercy de Toni Morrisson, une écrivain noire américaine, elle éprouve un ardent désir de lire le dernier titre de Ali Becheur, romancier et avocat à la Cour. Nous avons entendu que Leïla est un véritable cordon bleu, est-ce vrai ? Réponse avec le sourire timide : «Je suis très légumes et très fruits de saison. Dans la diététique, je trouve les potions qu’il faut. Souvent des barbecues et des salades fraîches, emmm (murmure). Mais, les saveurs chinoise, libanaise,… me font tourner la tête…», raconte cette romantique, bien dans sa tête et son corps. Un corps bien sculpté et qui sera finement enveloppé à Carthage par de la soie, signée par Dorra Miled. Juste une mise en bouche en attendant le grand soir !


Zohra ABID




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com