Festival international de musique symphonique d’El Jem : Coup de baguette… magique





Du 4 juillet au 8 août, la ville d’El Jem abrite le Festival international de musique symphonique. Le programme de la manifestation a été décliné lors de la conférence de presse tenue, hier dans la matinée.
El Jem, l’ancienne Thysdrus qui se dressait en haut lieu de la culture et de la civilisation, compte le rester à jamais. C’est depuis 25 ans que son amphithéâtre romain abrite entre ses pierres millénaires offertes à la postérité un Festival pas comme les autres, qui draine un public différent. La ville vit, comme chaque année, au rythme de la musique symphonique. D’un coup de baguette… magique, elle s’est fait des fidèles. "L’Orchestre du bal de l’opéra de Vienne donne un spectacle chaque année à El Jem depuis maintenant 12 années consécutives. Le spectacle se donne maintenant à guichets fermés et les spectateurs sont tous des Tunisiens. C’est dire aussi que le festival a acquis des fidèles parmi les Tunisiens amateurs de musique symphonique" avance M. Mabrouk Layouni. Ce qui mérite d’être relevé en premier, c’est que le budget du festival, cette année, s’élève à 250 mille dinars selon son directeur. "Il affiche ainsi une élévation au niveau du budget de 50 mille dinars par rapport aux sessions précédentes, vu la qualité des spectacles qui vont se produire. On verra des spectacles grandioses de quasiment 100 musiciens", avance notre interlocuteur. Au total ce sera six spectacles au programme, après le désistement de dernière minute de la troupe nationale de musique symphonique algérienne. A commencer par le spectacle d’ouverture, qui sera un coup d'envoi grandiose pour une sélection classique de choix. Il sera marqué par la participation de la Tunisienne Yasmine Azaiez qui interprétera  Beethoven au violon.


Le parcours d’une jeune prodige
Enfant prodige du violon, Yasmine Azaiez a commencé à jouer de cet instrument à l’âge de quatre ans pour mériter une place à la Yehudi Menuhin School de Londres à l’âge de huit ans seulement. Elle a  été, depuis, dirigée par des chefs d’orchestres de renom et a pu tracer une trajectoire de succès  au firmament de la musique symphonique dans le monde… Voilà pourquoi l’artiste sera aussi une invitée de marque du spectacle italien, l’Orchestre Nova Amadeus, le 11 juillet à El Jem. "Hannibal Barca" le spectacle du 16 juillet est le produit d’une belle mixité tuniso-marocaine. Le parcours du Général carthaginois sera traduit en musique symphonique sous la houlette du Français Jean Charles Biondi. "Hannibal Barca, la symphonie est une heureuse composition de l’artiste et homme d’affaires Jaloul Ayed. Elle sera interprétée par l’Orchestre symphonique tunisien et l’Orchestre philarmonique marocain. Au festival de Carthage, le même spectacle sera dirigé par Ahmed Achour, le 14 juillet. L’Orchestre national des Pays de la Loire interprétera pour la soirée du 18 juillet du Georges Bizet, et notamment son œuvre si connue des Tunisiens, "Suite de Carmen".
Glorieux aussi sera le spectacle des 100 violons tziganes de Budapest. Le 2 août, le spectacle  de musique symphonique renouera avec le burlesque puisqu’il nous sera concocté par des gitans. Le festival se clôtura avec " Mister Deep ", titre du spectacle Gospel composé en hommage à Ray Charles. Mélomanes avertis, voici, rien que pour vous, cette belle escapade artistique en musique symphonique…


Mona BEN GAMRA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com