Festival panafricain : Hommage à Mohamed Driss





Alger abrite depuis dimanche et jusqu’au 19 juillet  la 2e édition du Festival panafricain. La Tunisie y est  représentée par différentes  expressions artistiques. Un hommage sera rendu aussi à Mohamed Driss.
Pas moins de 5000 artistes africains et du monde entier seront  au rendez-vous dans les plus grandes villes d’Algérie. Outre le programme copieux de cette manifestation qui sera exécuté sur  différents lieux, un hommage sera rendu à différents hommes de théâtre africains, figures emblématiques du théâtre africain qui ont contribué à la promotion  du quatrième art sur le Continent noir auxquelles un hommage sera rendu, on cite notamment Mohamed Driss, directeur du Théâtre National  de Tunisie,  Koulsy Lamko du Tchad, Jean-Pierre Koulidiati du Burkina-Faso, Adama Traoré du Mali, Issam Dikadi du Sénégal, Ali Mehdi du Soudan et d'autres encore.
Pour ce qui est du théâtre, 15 pièces des théâtres nationaux, en provenance du Bénin, du Congo, de Côte d'Ivoire, d'Egypte, du Ghana, de la RASD, du Sénégal, du Soudan, du Tchad et de Tunisie ; 12 pièces de compagnies théâtrales du Burkina Faso, du Cameroun, de Libye, de Madagascar et du Togo; 14 pièces théâtrales d'Algérie seront représentées sur scène. Le septième art ne sera pas oublié. Il est prévu  une  projection  collective de 13 courts métrages de 4 à 7 mn chacun, réalisés par le Tunisien Nouri Bouzid, Teddy Matera d’Afrique du Sud, Marna Keïta du Sénégal, Abderrahmane Cissako du Mali, Gaston Kabore du Burkina Faso, Yousri Nasrallah d’Egypte, Zézé Gambao d’Angola, Sol Calvalho de Mozambique, Flora Gomes de Guinée Bissau, Bafulu Bakupa de la RD Congo, Mohamed Lakhdar Hamina et  Rachid Bouchareb d’Algérie, Charles Burnett des Etats-Unis...


150 films au programme
Pas moins de 150 films  seront projetés. Il y a lieu de noter que quarante ans après, l'Algérie devra à nouveau reprendre le flambeau de ce festival avec  ses propres moyens financiers, logistiques et humains. Il ne s'agit pas de la célébration d'un anniversaire, mais d'un événement en soi qui appelle à être pérennisé. La première édition  de ce  Festival panafricain d'Alger en 1969 a été «un hymne à la liberté conquise ou recherchée», ce 2e festival, placé sous le signe de la «renaissance» du continent africain et se veut  une  concrétisation  du  rêve inachevé et souhaite déboucher sur des projets de coopération concrets.  L'organisation de cet événement culturel découle d'une décision des Etats membres de l'Union Africaine. Plus de 300 concerts et spectacles sur les places publiques, un festival de jazz, un festi-val diwan avec la participation de grandes vedettes, comme Salif Kéita, Ismaël Lo, Ray Lema, Mory Kanté, Khaled, Kassav, Manu Dibango, Zah-mania... sont au menu de ce festivals. Plusieurs spectacles seront itinérants dans une quinzaine de villes du pays. Un film entièrement consacré à ce 2e Panaf sera produit par S. Brahimi et réalisé par Chergui Kharroubi, cinéaste algérien installé en Belgique. Un hommage sera rendu aux pionniers du cinéma africain, à plusieurs réalisateurs africains de la diaspora et à des réalisateurs afro-américains.


Ousmane WAGUE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com