Economie mondiale : De la crise à la reprise?





La Banque Mondiale vient de publier son dernier rapport dans lequel elle voit le PIB global chuter de -2,9% cette année, avant une hausse de 2% en 2010 et une progression de 3,2% attendue pour 2011.  Selon ce rapport, «les turbulences économiques mondiales ont d'importantes répercussions sur les flux de capitaux vers les pays en développement ». Tracer la voie de la reprise mondiale  démontre que: «nous entrons dans une ère de croissance plus lente qui nécessitera une supervision plus efficace et plus stricte du système financier», estime la BM.


Optimisme et prudent
De son côté, le secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), M. Angel Gurria, a confirmé que la crise atteindrait son pic cette année, toutefois avec une reprise lente à partir de l’année 2010.  Interrogé sur la possibilité de reprise de la production mondiale d'ici la fin de l'année, le SG de l’OCDE a répondu : « Je dirais oui, l'économie mondiale est en train d'arrêter de se contracter. »
L'évolution de l'économie mondiale fournit des motifs « d'optimisme prudent», mais il ne faut pas se «relâcher», a résumé M. Gurria, relevant l'amélioration sur les marchés financiers, et le relatif regain de confiance des milieux d'affaires».
Par ailleurs, le président de la Banque centrale européenne (BCE) «Jean-Claude Trichet , a déclaré que L'économie mondiale devrait repartir dans le courant de l'année 2010,  à condition de mettre en oeuvre rapidement les décisions prises par la communauté internationale. Il a fait état d'un «large consensus sur ce scénario de reprise. Il a, toutefois, relevé qu’il y a « des incertitudes, des risques, et cela dépend de nous ». Il a souligné la nécessité de mettre en oeuvre rapidement les mesures décidées par la communauté internationale pour remédier aux « fragilités » du système financier mondial. « Il ne nous serait pas pardonné de repartir avec le même niveau de fragilité», a-t-il prévenu
 
Bâtir une économie plus forte, plus saine et plus juste
 Face à ces défis financiers, économiques et sociaux, la communauté mondiale agit pour réformer un système financier défaillant et pour stimuler l'économie réelle. La réunion du Conseil de l'OCDE au niveau des ministres, qui s’est tenu les 24 et 25 juin dernier, constitue un lien important entre deux sommets majeurs, (G20 en avril et G8 en juillet courant). Dans ce contexte crucial, les ministres des pays membres de l'OCDE ainsi que les ministres invités des pays non-membres ont échangé et exposé leurs réponses stratégiques, leur réflexion respectiveet leurs visions pour l'avenir, sur le thème « De la crise à la reprise: pour une économie mondiale plus forte, plus saine et plus juste ».
L'économie mondiale est confrontée à des difficultés d'une ampleur inédite. La crise financière, a déjà eu de profondes répercussions sur les économies du monde entier. Il est donc crucial d’examiner des stratégies d'action, en vue de trouver le chemin de la reprise après la crise économique actuelle à travers les carences systémiques de la réglementation, du contrôle, du gouvernement d'entreprise et de la gestion des risques dans le secteur financier, les programmes de relance visant à stimuler l'économie réelle, les politiques de concurrence, d'innovation et de sortie de crise et s'efforcer de trouver de meilleures voies vers une économie mondiale plus vigoureuse. Les réponses socio-économiques constituent un deuxième pilier. Malgré la gravité de la situation économique actuelle, Il est à rappeler que l'humanité affronte des défis environnementaux, les plus graves de notre époque. Il s’agit donc d’établir des ‘ stratégies post-crise » pour garantir une reprise plus rapide et plus robuste.


Bassem Sbaï




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com