CAVC (1/2 – Retour)/WAC – ESS (0-1) : Maîtrise tactique et sérénité psychologique





Aborder un match retour avec deux buts d’avance, et de surcroît obliger l’adversaire à en marquer trois pour se qualifier, est ce suffisant pour passer le tour sans encombre? Toujours faut-il en avoir les moyens tactique et technique. Pour ce faire, l’essentiel est de faire fi de tous les aléas à savoir pression du public, de l’adversaire et autres critères particuliers à la compétition continentale. Et d’entrée de jeu les données étaient claires, toutes les conditions étaient réunies pour acculer les Etoilés dans leurs derniers retranchements. Mais voilà, le futé Ammar Souayah avait prévu son coup et pris toutes ses dispositions. Ses joueurs étaient donc avertis et il n’était pas question de céder à la pression des Widadis. Mieux encore, Baya et consorts ont pris le match à bras le corps faisant preuve d’une concentration immédiate et sans faille. En effet, les Etoilés ont adopté la meilleure option, à savoir exercer un pressing constant, et surtout très haut sur toute la largeur du terrain, afin d’empêcher les Marocains de développer à leur guise la manœuvre. Sans étouffer dans l’œuf la danger casablancais, les poulains de Souayah en ont quand même largement atténué l’impact. Tant et si bien que le portier nigérian Austin n’est plus qu’à déployer en de rares occasions, sa classe pour diluer complètement les velléités d’un excellent Aït Laârif et consorts. En évoluant ainsi, les Sahéliens ont donc su éviter à bon escient de se trouver dans une situation délicate dès l’entame des hostilités. Ceci dit, ils ne se sont certes pas non plus montrés dangereux pour le portier Nadri, mais la menace commençait à se préciser après le passage de l’orage. 2ème mi-temps équilibrée Les Etoilés n’ont donc portés les premières escarmouches que dans les dernières cinq minutes du premier half, grâce notamment à Hammi, mais ils poursuivront sur la lancée dès le retour des vestiaires. Ainsi, le jeu s’équilibra en seconde mi-temps avec même quelques périodes favorables aux Etoilés. Et plus le temps passait, plus les Marocains se jetaient tête baissée vers l’avant, offrant des espaces de plus en plus exploitables pour le clairvoyant Baya et à ses partenaires. Et c’est justement sur un ballon récupéré par l’omniprésent Coné que ce dernier lança Obiakor dans l’espace. Ce dernier, au prix d’un double coup de rein, prend de vitesse son vis-à-vis avant de fusiller un Nadri sans réaction. Dès lors les carottes étaient quasiment cuites et on voyait cuites et on voyait mal les Marocains revenir dans la vingtaine de minute qui restait à jouer. Aït Laârrif et Kossa essayèrent bien de secouer leurs coéquipiers, Todarou tenta aussi bien d’injecter du sang neuf à son équipe, en vain. La maîtrise et le calme dont firent preuve les Sahéliens tout au long du match leur permirent de gérer aussi bien les dernières minutes réussissant ainsi à éviter d’encaisser le moindre but et donc d’atteindre leur deuxième finale en Coupe des coupes, la sixième de leur histoire continentale. C.O.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com