Festival international de Carthage- La troupe « Nanta- cookin » : Les relations tuniso- coréennes sur de bonnes notes…





Avant de monter demain sur la scène du Festival international de Carthage, l’équipe de la comédie musicale coréenne « Nanta- cookin» a choisi de se confier aux représentants des médias nationaux et internationaux.
Ceux qui ont pris part à l’édition 2004 du Festival international de Carthage, se souviennent bel et bien de l’opéra de « King Uru ». Œuvre surprenante qui a fait le bonheur de l’assistance. Cette année et afin de bien célébrer le 40e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Corée et la Tunisie, le choix s’est porté sur « Nanta- cookin », création à succès où la musique traditionnelle coréenne est présentée dans une mise en scène moderne. «Je suis très content de présenter cette comédie musicale sur la scène de Carthage. Produite dans le cadre de la compagnie PMC, cette création a été présentée pour la première fois en 1997 et elle a été jouée dans plus de 250 villes dans le monde entier. Nous avons fait déjà une tournée aux Etats-Unis d’Amérique durant une année. Je suis très content de venir en Tunisie, c’est notre seule présentation en Afrique», a expliqué M. Lee Kwang Ho, directeur artistique de cette compagnie coréenne. Reposant essentiellement sur les rythmes du Samul nori (musique traditionnelle à percussion originaire de Corée effectuée avec quatre instruments), « Nanta-cookin » est une création non-verbale d’où d’ailleurs le mot « Nanta » qui signifie battre fortement. «Je suis comme une sauce piquante. C’est mon rôle. Je suis la seule femme à jouer dans cette œuvre et j’ai un caractère un peu particulier», a noté la comédienne Kima Da Hee et c’est à Mme Jong Hyun Jih, assistante politique et économique de l’ambassade de la République de Corée d’ajouter en guise de commentaire. «Elle comme du Harissa, piquante mais qu’on oublie jamais le goût». Se déroulant dans la cuisine, le spectacle retrace les aventures de quatre cuisiniers invités à préparer un repas de noces. Sur la scène du Festival international de Carthage, les artistes coréens aménageront une grande cuisine pour relater de cette drôle d’histoire. Histoire ponctuée d’humour et de rythmes. L’aventure de ces quatre cuisiniers a commencé quand le gérant du restaurant les a surpris le matin par une commande inattendue : préparer un repas de noces à servir à 18h00 et apprendre à son neveu, en parallèle, les techniques de l’art culinaire coréen. Que peut-on faire alors ? Ils se sont mis à préparer la commande et c’est ainsi que les sons des hachoirs et couteaux se sont entremêlés, donnant naissance à une nouvelle musique. «Je joue le rôle du méchant gérant et vous allez me découvrir sur la scène de Carthage dimanche. Je suis content de participer à cette tournée. Je remercie Korea Foundation, l’Ambassade de la Corée et le ministère de la Culture et de la Sauvegarde du patrimoine pour cette invitation», a noté l’artiste Yoo Seung Soo. Et c’est au directeur artistique de la compagnie de nous faire des promesses d’une grande soirée surtout que le spectacle sera joué une deuxième fois à Kairouan, le 15 de ce mois, au Complexe culturel Assad Ibn Al Fourat. Des promesses avant de céder la parole à Mme Jong Hyun Jih représentante de l’ambassade de la Corée qui a lu la lettre de Son Excellence M. Song Bong-Heon, ambassadeur de la République de la Corée en Tunisie, qui a tenu à travers cette lettre à remercier artistes et organisateurs, mettant l’accent sur l’importance des relations de coopération et d’amitié entre la Tunisie et la Corée.


Imen ABDERRAHMANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com