A mari agressif, femme impulsive !





Leur mémoire retiendra tout simplement qu’il leur est devenu pratiquement impossible de vivre désormais ensemble…


Tunis – Le Quotidien
La vie n’était pas du tout tendre envers ce couple contraint de vivoter au gré des petits boulots dénichés par-ci par-là. Le mari, originaire d’une ville du centre du pays, se rappelle d’ailleurs très bien encore cette époque, une quinzaine d’années plus tôt, où il a rejoint le Sahel pour s’y installer, croyant qu’il a tout bonnement découvert l’Eldorado. Malgré toutes sortes de difficultés, il est pourtant parvenu à tirer son épingle du jeu, dans ce sens qu’il ne trouvait aucune peine à se caser quelque part, vu le nombre impressionnant des chantiers implantés un peu partout dans une région en plein essor.
Il lui a suffi par ailleurs de trois à quatre années pour s’y plaire carrément et finalement y fonder un foyer, en convolant en justes noces avec une jeune fille du voisinage, laquelle aura été charmée par sa bravoure. Une union dont le fruit était deux petites poupées (11 et 8 ans), venues illuminer leur existence et leurs jours, mais la charge devenait cependant de plus en plus lourde, tant et si bien que le père n’arrivait à joindre les deux bouts que difficilement.
En fin de compte, il n’arrivait tout simplement plus à tenir le coup, pensant sérieusement reprendre le chemin inverse effectué quinze ans plus tôt, afin de rentrer au bled. Là, au moins, il ne se sentira plus dépaysé, puisqu’il vivra désormais parmi les siens. Or sa douce moitié allait user de son droit de véto, lui opposant un niet catégorique.
Depuis, tout sentiment de quiétude et de sérénité allait déserter le foyer, dans la mesure où le mari ne ratait plus une occasion pour mettre le sujet à l’ordre du jour, mais la femme demeurait intransigeante, inflexible, campant fermement sur sa position initiale. D’où désormais les scènes à succession qui se sont installées, car il ne se passait pratiquement plus un jour sans une nouvelle dispute.
Un jour cependant excédé, l’époux aurait perdu tout contrôle, s’attaquant sauvagement à sa femme, laquelle s’est alors précipitée vers la cuisine pour s’emparer du premier couteau venu et frapper à l’aveuglette, atteignant son conjoint à l’épaule, avant de lui porter un second coup … au cou! Une blessure certes sans gravité, mais elle a eu tellement peur qu’elle allait prendre la fuite pour rejoindre cependant le poste de police et se constituer prisonnière, craignant, assurera-t-elle plus tard, la réaction de son mari…


Mansour AMARA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com