Après l’appel de Solana à imposer un accord de paix : Israël maintient sa position





Israël a rejeté hier la déclaration du chef de la diplomatie européenne Javier Solana en faveur d'un règlement de paix avec les Palestiniens qui serait imposé par la communauté internationale.


Le Quotidien-Agences
"Un règlement de paix ne peut venir qu'à la suite de négociations directes et ne peut être imposé", a déclaré à la radio publique le ministre israélien des Affaires Etrangères, Avigdor Lieberman.
Il réagissait aux déclarations faites samedi à Londres par le Haut représentant de l'UE pour la politique étrangère, selon lequel le Conseil de sécurité de l'ONU devrait imposer un règlement incluant la reconnaissance d'un Etat palestinien indépendant, si l'impasse se poursuivait dans le processus de paix.
"Après une date butoir, le Conseil de sécurité devrait proclamer qu'il adopte la solution de deux Etats. Ceci devrait inclure tous les paramètres: frontières de cet Etat, réfugiés, Jérusalem et arrangements de sécurité", a déclaré Solana, selon un communiqué du Conseil de l'UE.
Solana a estimé que le Conseil de sécurité devrait reconnaître de façon unilatérale un Etat palestinien, comme "membre à part entière de l'ONU et annoncer un calendrier de mise en oeuvre de cette résolution".
Dans un communiqué, le ministère israélien des Affaires Etrangères a affirmé que "toute mention d'une date butoir artificielle minait les chances d'aboutir à un règlement bilatéral".
Il a souligné qu'Israël avait appelé "à la reprise immédiate et sans conditions" des négociations de paix avec les Palestiniens, alors que ces derniers exigent au préalable un gel de la colonisation.


Lieberman a par ailleurs relativisé la portée de la déclaration de Solana, estimant que "ni les Etats-Unis, ni l'Europe n'entendaient imposer une solution".


Défi
"Il ne faut pas attribuer trop d'importance à des propos venant d'un diplomate en fin de mandat", a-t-il ajouté.
Selon un porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas, une reconnaissance par les Nations unies d'un Etat palestinien constituerait "une option si Israël faisait dérailler les efforts de l'administration du président américain Barack Obama et sa vision de deux Etats" comme solution au conflit.
"L'Europe, en tant que membre du Quartette international, doit poursuivre ses efforts pour faire pression sur Israël afin qu'il gèle la colonisation et arrête de gagner du temps", a déclaré Nabil Abou Roudeina .
Solana avait été désigné en octobre 1999 Haut représentant pour la politique étrangère de l'Union, avant d'être reconduit en 2004. Il avait été auparavant secrétaire général de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan), de 1995 à 1999.
Son mandat expire en octobre et Solana a annoncé qu'il ne demanderait pas une nouvelle prolongation.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com