Après les Français et les Allemands : Cibler les investisseurs nippons





Une délégation japonaise de 24 hommes d’affaires est actuellement en visite dans notre pays en vue d’impulser les opportunités d’investissement et de partenariat dans différents secteurs de l’industrie et des services. M. Hiroshi Tsukomoto, président de l’Organisation japonaise du commerce extérieur, venu à la tête de cette délégation, a tenu, avant-hier, un point de presse au cours duquel il a jeté la lumière sur l’état des lieux des relations économiques et les moyens de renforcement du partenariat tuniso-japonaise. Tunis - Le Quotidien La délégation japonaise qui participe depuis lundi dernier, aux journées de partenariat tuniso-japonaise organisée par la FPA, l’UTICA, l’API, et le CEPEX, représente 12 entreprises opérant dans les secteurs de l’information, de l’industrie mécanique, de l’agroalimentaire ainsi que l’industrie chimique. M. Hiroshi Tsukomoto a indiqué que les hommes d’affaires qui ont accompagné ont été impressionnés par les réalisations accomplies dans l’environnement économique tunisien dans les différents secteurs, notamment dans l’industrie du textile, de l’agroalimentaire et de l’électro-mécanique, ce qui peut offrir des grande opportunités pour les investisseurs japonais. Le président de la délégation japonaise a ajouté, par ailleurs, que la Tunisie, en tant que destination d’investissement, s’est dotée depuis la signature de l’accord d’association avec l’Union européenne en 1995, d’une réputation solide qui l’a classée en position de leadership dans la continent africain et que cette réputation présente une bonne raison pour renforcer l’investissement japonais en Tunisie. M. Tsukomoto a fait savoir, par ailleurs, que les investisseurs japonais manifestent un grand intérêt à l’industrie automobile et électrique ainsi que l’industrie agroalimentaire des produits tels que l’huile d’olive qui pourra attirer beaucoup d’investisseurs vu que l’huile d’olive tunisienne est commercialisée au Japon à des prix très exagérés à cause de la multiplicité des intermédiaires. A rappeler, d’autre part, que les entreprises japonaises implantées en Tunisie sont limitées jusqu’ici à huit, d’une valeur globale de 140 millions de dinars et emploient 860 personnes. Il faut noter que la coopération économique entre la Tunisie et le Japon est limitée jusqu’à présent aux aides au développement avec une valeur de plus de dix milliards de yens. Les échanges commerciaux entre les deux pays, au terme de l’année 2002, ont été de l’ordre de 50 millions de dollars, volume des importations tunisiennes du Japon et 22 millions de dollars pour les exportations. Les importations portent essentiellement sur les automobiles particulieres, les poids lourd et les gros bateaux de pêche. Quant aux exportations de la Tunisie vers l’archipel nippon, elles concernent notamment le textile, le thon rouge et les matières premières pour la fabrication du papier. M. Hiroshi Tsukomoto qui a évoqué à maintes reprises la contrainte géographique qui a été à l’origine de la faiblesse des échanges commerciaux entre les deux pays malgré les grandes opportunités qui s’offrent, a estimé qu’il faudrait renforcer la coopération et multiplier les rencontres et les échanges de délégations pour que les deux parties puissent bénéficier au maximum des potentialités des deux pays. Hassen GHEDIRI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com