Campagne céréalière 2008-2009: 11,23 millions de quintaux collectés





La bonne moisson de 2008-2009 a permis de collecter 11,23 millions de quintaux. Reste cependant un problème à résoudre :
le stockage.
Tunisie-Le Quotidien
Après le train de mesures mis en œuvre par le gouvernement pour optimiser la productivité céréalière et garantir les besoins alimentaires nationaux, voilà que les épis moissonnés cette année ont mûri pour donner la récolte tant attendue depuis plus de cinq ans. C’est ce qui ressort des chiffres présentés, hier à Tunis, lors d’un Symposium national organisé par l’Office des Céréales et qui a été, justement, consacré à l’évaluation de la campagne de collecte des céréales de 2008-2009.
La campagne céréalière de 2009 qui s’est déroulée dans une conjoncture caractérisée par les mesures d’encouragement engagées par les pouvoirs publics, par la restructuration de l’activité de collecte et surtout par les conditions météorologiques très propices, s’est soldée par une bonne moisson, selon ce qu’on a annoncé lors de cette journée.
Ainsi, et d’après les évaluations faites par l’Office des Céréales, les quantités collectées ont atteint 11,23 millions de quintaux (Mqx), soit une récolte non enregistrées depuis l’année 2003, qui est considérée comme une année de référence avec une moisson de 12,4 MQx. La nouvelle collecte se compose de 6,5 Mqx de blé dur (58%), 1,8 Mqx de blé tendre (16%), et enfin 2,27 Mqx d’orge et Triticale (24,5%) qui a été d’ailleurs un résultat qui a dépassé toutes les prévisions puisqu’en 2008, la quantité collectée en deux matières a été à peine 250 mille quintaux. Le gouvernement a, en fait, toujours fait recours à l’importation systématique de l’orge pour satisfaire les besoins du pays en cette matière.


La problématique transport
Une attention particulière a été accordée aux capacités de stockage qui se limitent aujourd’hui à 5,7 Mqx. Cette capacité devrait être développée pour s’adapter aux besoins futurs de la filière. Cette insuffisance pousse les collecteurs à pratiquer le stockage en plein air surtout durant les périodes de grande affluence. Plus de 1,2 Mqx ont été ainsi mis en plein au mois de juillet sans que les normes techniques exigées en la matière ne soient toujours respectées. Outre le problème de stockage, le transport a été aussi signalé comme étant l’un des handicaps qui affecte le bon acheminement de la collecte vers les centres de stockage.
Il est important de signaler par ailleurs que dans le cadre de la restructuration de l’activité de collecte, l’Office des Céréales a délégué l’opération aux collecteurs privés et mutuelles pour ne s’occuper que du stockage et de la vente. La participation des privés dans ce sens a, ainsi, atteint 36% cette année contre seulement 0,7% de la collecte nationale en 2005. L’objectif pour 2009 a été fixé à 40%. Alors qu’en 2010, il faut atteindre 60%.
Les participants au programme du symposium devraient par ailleurs prendre part à quatre ateliers consacrés aux thèmes qui ont le plus marqué la campagne de collecte cette année, en l’occurrence, le transport, l’évaluation de la quantité des céréales collectées et le barème d’agréage, les capacités de stockage disponible et la nécessité de mettre à niveau des centres de collecte, et enfin le cahier des charges régissant l’activité de collecte et les rapports entre l’Office des Céréales et les collecteurs.
La Tunisie, qui a toujours été le «Grenier de Rome» se trouvera-t-elle bientôt contrainte de gérer le débordement des greniers? C’est ce qu’a souhaité M. Abdessalem Mansour, ministre de l’Agriculture et des Ressources Hydrauliques ainsi que tous ceux qui veulent que la Tunisie cesse de se soucier de ses besoins alimentaires. Car aujourd’hui, «il est inacceptable que le «grenier de Rome» importe ses besoins en céréales» comme l’a noté le ministre qui a cité l’exemple des importations en matière d’alimentations animales qui constituent 26% des besoins du pays.


* Hassen GHEDIRI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com