En Bref





* Vol et braquage
Le Bardo. Ils étaient deux à voler une bagnole du côté de la Cité Ettadhamen, décidant de faire un tour à travers les autres agglomérations de la région. Or, arrivés au bardo, passant par une artère peu fréquentée, les deux énergumènes ont remarqué la présence d’une jeune femme seule. Aussi, la tentation fut-elle grande, puisque décidant sur coup de tête de l’attaquer. Ils se sentaient peut-être forts et invulnérables, étant à bord d’une machine à quatre roues.
En tout état de cause, ils n’ont pas hésité un seul moment allant de l’avant dans leurs intentions. C’est ainsi qu’ils vont soulager leur victime de son portable, ainsi que d’une soixantaine de dinars, tout ce qu’elle possédait. Ils ont pris ensuite la fuite à bord de «leur» véhicule !
Pas pour longtemps, cependant, car la cavale des deux types n’a pas duré plus de vingt-quatre heures, avant d’être interpellés. Présentés récemment à un juge d’instruction, celui-ci a ordonné leur mise en détention…


* Le vigile cambrioleur
Tunis. C’est un père de famille qui a été engagé par une famille pour lui garder la villa du côté d’une cité à l’Ouest de la capitale. Aussi, les membres de cette famille vaquaient-ils à leurs affaires sans la moindre appréhension, malgré la série de cambriolages, dont ils ont entendu parler, perpétrée dans la région.
Le vigile travaillait ainsi du matin jusqu’au coucher du soleil, c’est-à-dire jusqu’au moment où l’un des membres rentre du bureau. C’était généralement la femme qui regagnait la première ses pénates, suivie quelque temps après par les enfants, quant au père, il prend son temps bifurquant le plus souvent par un café-maure où il rencontre quelques amis pour une partie de rami et surtout pour brûler une chicha.
Un jour, justement, à son retour, la bonne femme aurait été surprise par «son gardien» qui sollicitait sa paye, lui signifiant par ailleurs, qu’il ne viendrait plus, autrement dit qu’(il quittait le travail ! La maîtresse de céans ne pouvait que s’y plier et lui donner l’argent qu’il demandait.
Ce n’est qu’après son départ qu’elle allait découvrir la disparition de quelques bijoux et une somme d’argent, s’empressant de porter ses soupçons sur le vigile, le seul qui avait accès à la villa en leur absence. Ses soupçons ont été d’ailleurs confirmés par le témoignage d’une voisine, qui lui rapportera avoir vu ledit vigile s’absenter pour quelque temps. A son départ, il portait par ailleurs un petit sac.
C’est le témoignage de la voisine qui allait permettre de confondre le bonhomme, qui aurait cependant nié les faits, campant sur sa position jusqu’à l’audience. Il fut toutefois condamné à deux ans de prison, assortis du sursis…


* M.A.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com