Un mariage pour «Al motaa *»





Sherlock Holmes a dit un jour à son cher Watson: “Si l’examen de toutes les pistes ne donne rien, l’inconcevable devient la vérité”. Cette déduction, quoique fantaisiste, n’est pas dénuée de tout fondement. Cette affaire ne fait que le confirmer.
C’est en fouillant dans la garde-robe que ce quadragénaire a découvert la chose la plus stupide qui puisse arriver à une femme mariée. Il faisait froid, en ce mercredi vingt-huit février 2009. Un temps qui n’encourageait guère à pointer le nez dehors. Alors pour tuer le temps, il a décidé de mettre un peu d’ordre dans ses paperasses. Il est vrai que ceux qui pourraient le gêner n’étaient pas là. Ses deux enfants et sa chère épouse étaient respectivement à l’école et au travail. Donc, il a tout son temps pour se débarrasser des choses inutiles qui encombrent sa garde-robe. Il investit ainsi sa chambre à coucher. Il ouvrit les portes de l’armoire et ramassa un premier porte-document, excepté son passeport, celui de son épouse et de ses deux gosses, les autres papiers étaient bons pour la poubelle. Que faire, en effet, de ces actes de naissance, de ces fiches de paie et de ces relevés bancaires qui ne servent plus à rien? Il prit ensuite un deuxième classeur et découvrit d’emblée qu’il contenait son acte de mariage, le livret familial mais également d’autres papiers que son épouse a soigneusement conservés dans de petites enveloppes. Sa curiosité était beaucoup plus grande que sa volonté de ne pas pénétrer dans le jardin secret de son épouse. De toutes les manières, il était persuadé que tout ce que contenaient ces documents sont des souvenirs de ses débuts amoureux avec elle. Des lettres romantiques, des petites notes, des rappels de rendez-vous. Il n’y a pas de mal donc à revivre ces délicieux moments d’antan. Alors, pour mettre un peu d’ambiance, il alluma une cigarette, inhala une bouffée et déplia un premier papier… Rien de spécial, il s’agit d’un dessin fait par sa petite fille sur lequel elle souhaitait à sa mère bonne fête à l’occasion justement de la fête des mères. Il ramassa ensuite un autre papier. Le document lui paraissait d’emblée un peu étrange. Son écriture bizarre le poussa à le déchiffrer afin de comprendre ce qu’il contenait. Dans un premier temps, il ne crut pas ses yeux. Alors, il décida de le relire une seconde fois. Et là, il finit par se rendre à l’évidence qu’il s’agissait bel et bien d’un acte de mariage. Un contrat qui ne ressemble pas aux autres actes fournis par l’état civil mais, c’était clair, il est rédigé par un connaisseur… Un Adoul par exemple.
A partir de là, plusieurs questions ont déferlé dans sa tête. Son épouse était-elle mariée avant qu’il ne s’unisse avec elle? Non, puisqu’il la connaissait depuis le lycée. Alors quelle est l’origine de ce document ? Il prit une énième fois le papier, le relit encore une fois. Cette fois-ci, le doute s’est dissipé définitivement. L’acte a été rédigé alors que son épouse était mariée avec lui et le nom du mari inscrit sur le contrat ne lui est pas étranger. Il s’agit d’un voisin qui a fait fortune à l’étranger. De retour au bercail, il a investi son argent dans des projets agricoles. Mieux encore, l’homme en question était connu pour son aspect religieux très développé. Il s’est rendu trois ou quatre fois à la Mecque et ne rate aucune occasion pour aider ceux qui sont dans le besoin. C’était réellement difficile pour le pauvre époux de comprendre ce qu’il lui arrivait.
A défaut d’une réponse convaincante, il décida de mener sa propre enquête. Une enquête qui prit fin après avoir interrogé son épouse. Il l’a ramenée justement hors de la ville. Dans sa voiture, il lui a montré le fameux acte qu’il avait trouvé dans sa garde-robe. Ne pouvant, en effet, continuer à cacher la vérité, elle a décidé de tout dévoiler à son mari. Elle lui a fait, en effet, des aveux que personne ne pouvait croire. Mais, ils représentaient malheureusement la vérité. Après des avances et des tentatives pour la rencontrer, le voisin a fini par avoir gain de cause, surtout qu’elle était tombée déjà sous son charme. Il lui proposa alors le mariage. Mais pour protéger ses enfants, l’épouse refusa cette offre. Son voisin lui suggéra alors une autre solution qui consiste à divorcer d’avec son époux et de se remarier avec lui. C’est-à-dire en signant un contrat de mariage chez les Adouls sans bien évidemment informer son mari. Cela s’appelle, selon lui, “un mariage de plaisir” qui dure le temps d’un rapport physique. L’épouse avala la pilule et accepta l’offre mais oublia de se débarrasser du fameux contrat, lequel a été découvert un peu plus tard par son mari. L’époux a bien évidemment saisi la justice qui devrait statuer prochainement sur cette affaire.


* H.MISSAOUI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com