G.S.M : La clientèle des deux opérateurs se plaint des défaillances du réseau





Les Tunisiens se révèlent de plus en plus friands de télécommunication à telle enseigne que le GSM fait aujourd’hui partie du décor avec près de 1,5 million d’abonnés chez les deux opérateurs. Pourtant, les utilisateurs ne sont pas toujours satisfaits de la qualité du réseau. Témoignages et explications des deux opérateurs dans ce reportage. Tunis - Le Quotidien “Nos opérateurs de GSM doivent penser à perfectionner les infrastructures de leur réseau avant de se lancer dans cette course enragée de ventes de lignes”. C’est ainsi que le jeune Helmi Werhani a entamé son discours quand on a évoqué la question de la qualité du réseau qui souffre depuis quelque temps à des périodes répétitives de la journée d’une certaine défectuosité qui gêne la clientèle et dérange leur communication. Helmi qui est un client de l’opérateur privé de GSM, trouve beaucoup de mal à effectuer ses communications téléphoniques depuis son portable quand il se trouve à l’intérieur de sa maison située à la région d’El Mourouj 4, et s’efforçant donc de dénicher de petits coins dans son quartier en quête d’une connection qui lui permettrait d’achever sa communication. Helmi estime, par ailleurs, que le problème du réseau est loin d’être une défaillance propre à son opérateur mais c’est plutôt une question qui concerne les deux opérateurs de ce service et touche par conséquent tous les abonnés du mobile. Abonnée au réseau de l’opérateur historique, Amna Abouda pense, quant à elle, que les défaillances du réseau du téléphone mobile sont dues à la stratégie de l’opérateur qui, pris d’“assaut” par la concurrence déclenchée par son vis-à-vis privé, a été obligé de se lancer dans la vente pour récupérer son positionnement sur le marché, un choix qui se faisait, toujours d’après notre interlocutrice, aux dépens de la qualité réseau. Plaintes et réclamations se multiplient La clientèle qui se montre insatisfaite du moins d’après les quelques témoignages qu’on a eus à l’exemple de M. Khaled Jridi et le jeune Mahjoub Akremi qui estiment que la modernisation de l’infrastructure doit se faire simultanément avec les opérations de vente des lignes qui enregistrent une explosion due à l’engouement sans précédent des citoyens au GSM. Des plaintes et des réclamations font ainsi la règle dans les avis de la clientèle abonnée du GSM. Mais dans un centre urbain hyper-encombré durant toutes les heures de la journée avec des milliers de conversations et des dizaines de milliers de messages qui s’effectuent toutes les secondes, l’encombrement des réseaux serait un résultat normal. Pour solliciter l’explication technique de ce phénomène, nous nous sommes adressés aux deux parties concernées. A savoir l’opérateur historique (Tunisie Télécoms) et le fournisseur privé des lignes GSM (Tunisiana). Mise en phase des stations de réception La réponse technique de ces deux opérateurs au sujet des défaillances évoquées à travers la majorité de nos témoignages, repose sur le fait que la mise en place des stations de réception, et de distribution des communications se fait après une étude du degré de densité de la population dans une zone quelconque. L’estimation qui prend en considération le nombre grandissant des abonnés peut cependant être surpassée à cause de la façon de manipulation de la part des abonnés qui insistent souvent à effectuer une communication sans vouloir attendre. La couverture par le réseau du GSM qui se fait, à titre d’exemple dans le Grand Tunis, à travers plus de 1500 stations revenant aux deux opérateurs ne peut qu’être suffisante pour une superficie pareille à celle de la région de Tunis. L’extension du réseau qui se poursuit toujours avec l’installation de nouvelles stations avec des investissements énormes qui peuvent aller de 150 à 200 mille dinars pour la seule station, témoigne d’après les responsables de deux opérateurs, de l’effort déployé pour perfectionner le fonctionnement de leurs réseaux. Attention aux périodes “rouges” Nos sources insistent, par ailleurs, à ce que les clients soient encore plus raisonnables et prennent en compte les périodes rouges de la journée qui s’étalent entre 17 et 19 heures du soir et qui se reprennent entre 20 et 22 heures. L’infrastructure de la téléphonie mobile qui évolue de plus en plus pour répondre à l’affluence du public, doit néanmoins être accompagnée par un comportement encore plus raisonnable de la part des abonnés qui devraient savoir comment se servir adéquatement de leurs téléphones portables. Hassen GHEDIRI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com