Abbas à l’occasion du 5e anniversaire de la mort de Arafat: Pas de négociations sans un gel de la colonisation israélienne





Le Quotidien-Agences
Le président palestinien Mahmoud Abbas a de nouveau exigé mercredi un arrêt total de la colonisation israélienne comme préalable à toute reprise des négociations avec Israël.
«Le retour aux négociations dépend de l’adhésion d’Israël aux termes de référence de la paix, et cela comprend l’arrêt de toutes les colonies, y compris la croissance naturelle (dans les implantions) et incluant Al Qods», a déclaré Abbas lors d’un discours à Ramallah (Cisjordanie).
Le Président de l’Autorité palestinienne a également réclamé le démantèlement de toutes les colonies juives dans les Territoires occupés.
«Il est de notre droit de demander le démantèlement de toutes les colonies car elles sont illégales», a-t-il dit devant des dizaines de milliers de partisans rassemblés à l’occasion du 5e anniversaire de la mort du leader historique Yasser Arafat.
Keffieh sur les épaules, Abbas a ainsi réitéré fermement la principale revendication palestinienne - qui a le soutien de la communauté internationale - au moment où le processus de paix avec Israël paraît plus bloqué que jamais.
En revanche, il n’a pas dévoilé ses intentions quant à son avenir politique après que son entourage a agité ces derniers jours la menace de sa démission et d’une dissolution des institutions palestiniennes.
L’Autorité palestinienne traverse une sérieuse crise politique à la suite de la décision de M. Abbas de ne pas solliciter de deuxième mandat présidentiel lors des prochaines élections palestiniennes, prévues en janvier 2010, en raison de l’enlisement des pourparlers de paix.
Les discussions israélo-palestiniennes sont suspendues depuis bientôt un an en dépit des efforts de la communauté internationale, en particulier américains, pour les relancer. Le contentieux de la colonisation constitue la principale pierre d’achoppement à une reprise des négociations.
Les Palestiniens mettent comme condition à leur retour à la table de discussion un gel total des implantations en Cisjordanie occupée (dont Jérusalem-Est annexée en juin 1967).
Mais Israël s’y refuse et propose un gel partiel de la construction. Le gouvernement de droite de l’Etat hébreu, dirigé par Benjamin Netanyahu, veut une reprise du dialogue sans condition préalable.
En annonçant qu’il ne se présenterait pas à sa succession, Abbas cherche à faire pression sur les Etats-Unis afin qu’ils persuadent leur allié israélien de geler la colonisation en Cisjordanie occupée.
Netanyahu a été reçu à huis clos lundi par le président américain Barack Obama à la Maison Blanche et doit rencontrer mercredi le président français Nicolas Sarkozy à l’Elysée. Le négociateur palestinien Saeb Erakat a averti que les Palestiniens n’étaient pas prêts à reprendre les discussions à n’importe quel prix. Il faudra un «mouvement international sans précédent» visant à faire pression sur Israël, a-t-il déclaré.
Des dizaines de milliers de Palestiniens se sont rassemblés hier à Ramallah en Cisjordanie pour le 5e anniversaire de la mort du leader historique Yasser Arafat


** Assad: La Syrie ne pose pas de conditions pour la paix


Le président Bachar al-Assad a affirmé hier que la Syrie ne posait pas de conditions pour faire la paix avec Israel mais qu’elle avait des droits à recouvrer, dans une allocution diffusée par l’agence officielle Sana.
«La résistance (à l’occupation) est au centre de notre politique passée et à venir. Nous ne posons pas de conditions pour faire la paix, mais nous avons des droits auxquels nous ne renoncerons pas», a indiqué Assad à l’ouverture d’une réunion de partis politiques arabes à Damas.
«Si nous sommes forts, nous parviendrons à la paix que nous souhaitons. La résistance est au cœur du nouveau Moyen-Orient que nous avons commencé à édifier», a lancé Assad.
Les négociations de paix entre la Syrie et Israël, gelées depuis 2000, ont buté principalement sur la question du plateau du Golan, dont la Syrie réclame la restitution intégrale. Israël s’y refuse après avoir conquis ce territoire en 1967 et l’avoir annexé en 1981.
En mai 2008, les deux pays avaient entamé des négociations indirectes de paix par l’entremise de la Turquie. Mais ces pourparlers ont été suspendus en décembre après une offensive de l’armée israélienne dans la bande de Gaza.


** Portrait / Arafat: L’incarnation d’un rêve palestinien


Yasser Arafat aurait préféré entrer dans l’Histoire comme le dirigeant qui a conduit son peuple vers l’indépendance et la paix. Mais elle en aura voulu autrement, et l’homme dont la «mort clinique» a été annoncée le 4 novembre disparaîtra usé par l’âge et par la désillusion de ne pas avoir vu naître l’Etat palestinien auquel il a tant aspiré.
Onze ans plus tôt, il avait pourtant la certitude, et la majorité des Palestiniens avec lui, que ce rêve était à portée de main. Les accords dits d’Oslo qui venaient d’être signés mettaient en principe l’un des plus vieux conflits du monde sur les rails d’une solution.
Yasser Arafat, c’était d’abord et surtout cela : un homme animé par une foi inébranlable dans la justesse de la cause qu’il servait et des droits du peuple qu’il représentait. Il se souciait comme d’une guigne de l’aversion qu’il pouvait susciter et savait exploiter à merveille les témoignages de sympathie.
Homme aux goûts simples, il n’a jamais cherché à s’enrichir, alors même que de nombreuses personnes de son entourage l’ont fait, notamment depuis l’avènement de l’Autorité palestinienne, en 1994. Non qu’il dédaignât l’argent, mais pour lui l’argent était le nerf de la guerre, servant aussi bien à financer la lutte armée qu’à entretenir une clientèle.Obstiné jusqu’à l’entêtement, peu porté sur l’autocritique, ne s’avouant jamais vaincu publiquement - bien qu’il eût maintes fois menacé de démissionner, sa manière à lui de se faire prier -, il s’estimait investi d’une mission envers son peuple et il n’eut de cesse de la mener à son terme. Non sans avoir rabattu ses aspirations et celles des siens, pour se contenter d’une partie de la Palestine à laquelle ils rêvaient de revenir tous.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com