Vaccination contre la grippe A: Un possible cas d’effet secondaire en France





Le Quotidien-Agences
En France les autorités sanitaires suspectent un premier cas de syndrome de Guillain-Barré chez une femme après une vaccination contre la grippe A(H1N1).
Le fait est connu depuis le début de la semaine par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), mais les spécialistes ont attendu avant de communiquer, étonnés par l’apparition rapide des troubles (moins de 10 jours après la première injection) et la forme «légère» de la maladie (fourmillements dans les jambes, pertes de sensibilité, mais sans paralysie, ni troubles moteurs) développée par cette jeune professionnelle de santé, vaccinée dans l’hôpital dans le cadre de la première campagne d’immunisation, et qui n’avait aucun antécédent médical. Elle a déjà pu regagner son domicile.
Le syndrome de Guillain-Barré est une maladie inflammatoire - et non auto-immune - du système nerveux périphérique qui survient «de deux à six semaines» après un événement déclenchant qui constitue une «agression» : principalement une infection - campylobacter jejuni, grippe... -, mais également un geste chirurgical - comme une transplantation d’organes -, une vaccination, une prise de médicaments, une intoxication par des métaux lourds... Dans certains cas, on ne parvient pas à identifier de responsable. Son diagnostic prend du temps, précise le Pr Djillali Annane, chef du service de réanimation médico-chirurgicale adulte à l’hôpital Raymond Poincaré à Garches (AP-HP). En tant que centre de référence pour ce syndrome, cet hôpital recherche les causes de tous les cas pris en charge (une centaine par an). À cette occasion, il a révélé avoir accueilli, la semaine dernière, un patient qui avait été auparavant vacciné contre la grippe saisonnière. On ne saura que «d’ici quatre à six semaines» si ce vaccin peut être incriminé, précise le Pr Djillali Annane en soulignant qu’on ne pourra alors tout au plus établir qu’«une très forte probabilité» que le syndrome ait été provoqué par le vaccin. Il n’y aura sans doute pas plus de certitudes pour la jeune femme récemment vaccinée contre la grippe A(H1N1).
Fin octobre, le Pr Bruno Lina, responsable du centre national de référence (CNR) sur la grippe pour le sud de la France, avait estimé qu’il pourrait y avoir 1 à 10 cas de syndrome de Guillain-Barré par million de vaccinés contre le H1N1 (soit 30 à 300 cas pour 30 millions de vaccinés) mais aussi que la grippe elle-même était susceptible de provoquer un cas sur 25.000 ou 100.000 infectés (soit 200 à 800 cas pour 20 millions d’infectés). Environ 2.500 personnes développent un syndrome de Guillain-Barré, chaque année en France.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com