Khaled Souissi: «Un match du… cœur !»





Pour commencer, qu’en est-il de ce problème de ménisque qui vous fait mal?
Pour le moment, ça ne me gêne pas beaucoup, mais je pense que l’opération est inévitable. Nous avons décidé de la reporter pour la trêve afin de me permettre d’être présent lors des derniers matches des éliminatoires du Mondial 2010 et quelques matches importants du Club Africain. Le staff médical est en train de faire le nécessaire pour atténuer les douleurs lors des matches et pour le moment, ça va généralement bien puisque je ressens moins de douleur.
Au C.A., vous vivez une période un peu difficile malgré votre seconde place  au classement. Ceci ne risque-t-il pas d’influer sur votre moral au moment d’aborder un match aussi délicat au Mozambique?
Au Parc A, y a pas le feu, à ce que je sache. Les supporters fidèles mais exigeants, ne sont pas très contents de notre rendement, mais ils sont toujours là à nous  soutenir. Une fois arrivés au sein de l’EN, nous oublions les soucis du championnat et nous devons nous concentrer sur un autre objectif important et crucial pour le football tunisien.
Le staff technique nous en a parlé pour remonter le moral aux joueurs, ceux du C.A. et surtout de l’ESS et je considère qu’on a digéré tout ce qui s’est passé et place à présent à la bataille qui nous attend à Maputo.
Franchement, le Mozambique, motivé lui aussi, vous fait-il peur?
Il s’agit d’un adversaire à prendre très au sérieux et qui a joué un rôle intéressant aux éliminatoires. N’oublions pas que nous sommes à la tête du groupe, grâce au match nul du Nigeria à Maputo. Toutefois, nous savons également que notre sort est entre nos mains. Il ne faut pas avoir peur du Mozambique. Ce qui me fait beaucoup plus peur, c’est de voir notre équipe jouer en deça de  sa propre valeur, car je pense, en toute logique, que nous sommes meilleurs que nos adversaires. Cependant, il va falloir le prouver sur le terrain.
D’après vous, faudrait-il attaquer d’entrée ou bien gérer le match en tenant compte d’autres facteurs?
Tant qu’une victoire nous «expédie» au Mondial 2010, je pense que nous devons compter avant tout, sur nous-mêmes et n’attendre aucun... cadeau. C’est le coach qui va décider de la tactique à adopter et j’estime qu’il va penser, avant tout, à gagner. Les joueurs en sont conscients et ils sauront être à la hauteur. C’est un match décisif, mais c’est surtout un match d’hommes et du... cœur. ?a ne dépendra pas uniquement des choix tactiques de l’entraîneur et des exploits des joueurs, mais d’une détermination sans bornes à gagner et à aller au Mondial.


* Propos recueillis par Kamel ZAIEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com