Rugby / Danie de Villiers (Entr. national): «Je suis fier d’être le coach de cette sélection»





Danie de Villiers est le sélectionneur sud-africain de l’équipe de Tunisie qu’il a prise en charge depuis environ deux ans. Originaire du pays des Springboks où le rugby est une véritable religion, sa présence à la tête de notre équipe fanion n’est certainement pas fortuite. Pour la Tunisie, l’heure a sonné de rejoindre le gotha mondial du rugby. L’apprentissage à un niveau supérieur doit débuter. Tout à l’heure, la Tunisie rencontrera dans une première manche la Namibie, un adversaire qui lui a souvent barré la route du mondial. Comment la sélection tunisienne abordera t-elle cette première partie d’une confrontation fatidique ? Danie de Villiers nous éclaire à cet effet.
Comment jugez-vous la qualité de la préparation de la sélection tunisienne pour le match contre la Namibie ?
En réalité, notre préparation a débuté il y a environ deux ans. C’était en janvier 2008 et nous nous étions fixés des objectifs à atteindre à l’instar de la coupe d’Afrique et de la Coupe du Monde 2011. Depuis, les choses n’ont pas toujours été faciles, mais il n’empêche qu’aujourd’hui, nous abordons la dernière étape. En dépit de cela et en tant qu’entraîneur, comme tout coach perfectionniste, je dirai que je ne suis pas satisfait à 100% pour ce qui est de la préparation. Il y aura toujours de la place pour améliorer un secteur de notre jeu, pour élever le niveau de notre compétitivité. C’est un processus qui est perpétuellement en cours. A mon avis, je pense que cette équipe s’est beaucoup améliorée depuis que nous avons commencé à travailler ensemble et je ne vous cacherai pas que je serai fier samedi d’être son coach sur le terrain.
Que pensez-vous de la Namibie ?
Il serait imprudent, voire outrecuidant de ne pas accorder à la Namibie le respect qu’elle mérite. Ce pays a représenté l’Afrique au cours des trois derniers mondiaux. Cela veut dire qu’ils ont dominé l’Afrique pendant douze ans. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’il existe une culture du rugby en Namibie et beaucoup de joueurs namibiens évoluent en Afrique du Sud ou en Europe. Vous ne pouvez être présents à trois joutes mondiales consécutives si vous ne faites pas les choses comme il faut. Il existe une bonne base pour le rugby dans ce pays avec des structures et de bons joueurs juniors, ce qui contribue au développement de la discipline.
En ce qui nous concerne, au cours de ces deux dernières années, nous avons bien étudié le jeu de la Namibie et savons exactement à quoi nous attendre. Je connais personnellement certains joueurs qui sont coachés par un entraîneur de qualité en la personne de John Williams. Je suis sûr qu’ils vont aborder cette rencontre en confiance, mais nous également.
Quelles sont alors nos chances de qualification ?
Nous abordons cette rencontre avec une certitude à 100% que nous pouvons nous qualifier pour la phase finale de la Coupe du Monde 2011. J’ai actuellement sous ma direction un groupe de joueurs qui ont travaillé ensemble très sérieusement et qui ont toujours répondu présents à leur coach.
Aujourd’hui, c’est à eux de démontrer ce qu’ils ont appris sur le terrain et au cours des différentes rencontres qu’ils ont jouées ces deux dernières années. Vous avez certainement pu voir le degré de maturité de cette équipe contre l’Ouganda. Aujourd’hui nous devrons nous concentrer sur notre jeu, sur l’application. C’est de cette manière que le résultat suivra. Pour ce qui est du système de qualification, il a quelque peu été modifié. Désormais, l’équipe qui obtiendra le meilleur résultat sur les deux matchs sera qualifiée. Si nous faisons une rétrospective entre ces deux pays pour 2002 ou 2007, vous verrez que la Tunisie qui a remporté son match à domicile et perdu en déplacement avait les faveurs, mais c’est la Namibie qui passait. Cette fois, l’approche sera donc différente et nous espérons être les meilleurs sur les deux manches. Certes, l’histoire n’a pas beaucoup de sens dans ce genre de match, mais ne dit-on pas que le passé éclaire le présent…


* A.S.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com