Consensus et dialogue





Le message adressé par le Président Ben Ali au secrétaire général de l’UGTT, à l’occasion du 64e anniversaire de la Centrale syndicale, est significatif à plus d’un égard. Il traduit d’abord la sollicitude particulière que le Chef de l’Etat n’a cessé d’accorder aux travailleurs et à leur contribution efficiente dans l’impulsion du processus de développement.
Mais ce message est également significatif de la place privilégiée qu’occupe la centrale syndicale, en tant que partenaire social majeur dans l’approche consensuelle des grands choix de la Tunisie du Changement.
A l’instar des autres partenaires sociaux, la Centrale syndicale a été réhabilitée dans son rôle d’acteur à part entière dans le processus du développement socio-économique et dans l’instauration du dialogue responsable entre tous les intervenants. Un dialogue qui tient compte des donnés objectives et des intérêts de la collectivité nationale.
Une démarche privilégiant le dialogue, s’attachant à concilier la pérennité de l’entreprise — et partant l’essor de l’économie — et la préservation des intérêts des travailleurs.
Procédant ainsi d’une démarche participative, le dialogue social érigé, a dégagé un consensus autour de constantes et de valeurs.
Dialogue qui a été instauré en tant que contrant moral et civilisationnel fondant la politique de développement socio-économique, loin des surenchères stériles.
La pertinence et la justesse de l’approche ont ainsi trouvé leur illustration éclatante dans la réussite des rounds successifs de négociations sociales triennales engagées depuis les années 90 et qui ont débouché sur des augmentations salariales tout autant que sur la réactualisation de la législation sur le travail, la promotion de la sécurité et des conditions de travail.
La politique sociale initiée depuis le Changement a érigé le droit au travail en tant que composante des droits de l’homme, engageant une véritable stratégie, non seulement pour les préservation des emplois existants, mais aussi pour la création de nouveaux postes d’emplois.
Dès lors, une dynamique sociale et économique sans précédent a permis la création de 70.000 postes d’emplois par an en moyenne. Performance d’autant plus remarquable qu’elle est réalisée dans une conjoncture internationale de crise économique.
Le climat de consensus et de paix sociale qui prévaut est le fruit d’une politique réfléchie, fondée sur des valeurs pérennes que sont la répartition équitable des dividendes de la croissance, la solidarité et la juste récompense du labeur et de l’effort.
Et c’est justement ce paramètre — entre autres — qui fait de la Tunisie un des sites privilégiés des Investissements directs extérieurs (IDE).


* Mahmoud HOSNI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com