L’œil de l’observateur / Rejeb Essayeh: «Le contre, l’unique panacée»





La gagne ou le retour au pays dare-dare pour les Aigles de Carthage. Comment cristalliser la première hypothèse ? Rejeb Essayeh, pour éclairer notre lanterne.
«Le Cameroun, pour lequel un nul pourrait, en dernier ressort, s’avérer salutaire, devrait exercer une constante mainmise dans le compartiment médian. Et s’il lui prenait de faire preuve d’attentisme, il le ferait au niveau de cette zone pour que ses joueurs du milieu restent le plus près possible de leurs compères de l’attaque. C’est qu’ils possèdent les moyens techniques pour concrétiser toutes ces intentions. Concernant notre EN, la question qui s’impose est la suivante : Quelle formule Faouzi Benzarti privilégiera-t-il pour trouver le meilleur équilibre possible face à l’attaque adverse ?
A mon avis, il serait indiqué de placer Souissi au flanc droit de la défense. Dans ce genre de match, l’apport offensif des latéraux n’étant pas impératif, la solidité et la rugosité de Souissi, outre sa capacité de rivaliser avec son et ses adversaires directs dans les duels, constituent un indéniable gage de sécurité. A l’entrejeu, le recours à deux pivots est indiscutable. Il s’agit dans un premier temps d’assurer une bonne récupération. Pour ce qui est du redéploiement offensif, je suis favorable à la titularisation de Ben Saâda à la place de Msakni. Dans un contexte où la relance doit être instantanée et soignée, je vois le Niçois plus performant.
Venons-en maintenant aux animateurs de couloirs. A ce propos, le fait d’aligner un gaucher à droite s’avère incontournable. Dhaouadi étant le moins mauvais dans ce rôle, sa reconduction s’impose donc, alors que son pendant gauche, Jomaâ en l’occurrence, est appelé à être plus entreprenant et autrement percutant. Toujours dans une attitude tournée vers l’offensive, subséquemment au travail de récupération ponctué par l’option-contre, Chermiti possède le profil adéquat pour exploiter à bon escient les espaces que concèderaient nos adversaires. Je le vois aussi en ballottage sérieux avec Akaïchi, un authentique chasseur de buts, se prévalant d’un excellent sens du placement et d’un bel opportunisme. Il mérite, indubitablement, de jouir d’un temps de jeu considérable, sans compter l’effet-surprise dont il bénéficie, vu qu’il n’est pas encore connu. Ces deux joueurs peuvent, du reste, jouer ensemble. Dans ce cas, Chermiti supplanterait Jomaâ.
Pour tout dire, nos chances se situent à hauteur de 50-50. Les joueurs ont une responsabilité individuelle et collective. Ils sont appelés à s’investir totalement, sans se départir de la discipline tactique requise. C’est, à la limite, le genre de match soit couronné de victoire, soit ponctué par un carton».


* Wahid SMAOUI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com