Tribune: En 2009 le pouvoir d’achat du consommateur n’a pas beaucoup souffert





Les variations des prix des produits de consommation finale observées au mois de décembre 2009 ont été de 0.5%. Ce taux a été occasionné spécialement par l’accroissement des prix de certains produits, tels que l’huile d’olive (4.5%), le sucre (11.7%), la viande bovine (1.6%), les fruits frais (1.1%). En outre, on signale le réajustement des frais du loyer à usage domestique de (2.3%) mesuré par une enquête semestrielle effectuée aux mois de juin et de décembre de chaque année et la majoration des frais des cours scolaires de rattrapage de (2.4%). En revanche, quelques produits de grande consommation ont connu des baisses de prix significatives, il s’agit de la viande ovine (-0.7%), des volailles (-1.3%), et des œufs (-2.2%).
Ces résultats ont permis de maintenir le taux d’inflation annuelle au même niveau que celui enregistré un mois auparavant soit 3.7%. La politique de maîtrise des prix qui tend à protéger le pouvoir d’achat du consommateur et de favoriser une conjoncture économique compétitive a été pour beaucoup dans l’atténuation de l’impact différé des augmentations des prix encaissés en 2008.
Les groupes de produits les plus touchés sont les produits alimentaires qui pèsent 37% dans le panel de l’indice des prix à la consommation finale. Ceux-ci ont cumulé le long de l’année 2009 une hausse moyenne de 4.3% contre 6.2% en 2008, suivis par les produits de loisirs et de culture avec 4.9% contre 2.9%, puis les produits d’hygiène et de soins avec 4% contre 4.6% en 2008. Quant aux autres groupes, les prix de leurs produits se sont accrus avec un rythme moins important comme ceux destinés à la réparation et l’entretien de l’habitation à savoir 3.3% en 2009 contre 5.8% l’année précédente, les biens et services de transport 2.4% contre 5.2% en 2008 et les articles d’habillement qui n’ont pas dépassé 2.2% sous l’effet des soldes de prix survenus au cours de l’année en question.
Un traitement spécifique des résultats de l’indice des prix élaboré par les services compétents de l’institut national de la statistique permet une analyse appropriée de l’inflation des prix à la consommation pour dégager l’efficacité de l’encadrement administratif des prix. Il y a les prix des produits subventionnés ou de première nécessité qui ont évolué modérément pour se limiter à 2.7% en moyenne durant l’année 2009 et les prix des produits libres qui n’ont pas dépassé le seuil du tolérable pour rester à 4.1%.
On constate aussi au fil des années une évolution dans le comportement du consommateur qui rationalise à chaque fois ses préférences en faveur des biens d’équipement et de bien être au détriment des produits de consommation finale (produits alimentaires). Ainsi, en 2009, les prix des produits manufacturiers se sont accrus de 3.3% et les produits alimentaires de 4.3%.
Enfin, on peut dire que l’année 2009 a été caractérisée par une stabilité relative des prix du détail. C’est le fruit d’un programme d’action efficace qui a permis d’éviter tout dérapage et de sauvegarder tous les acquis économiques et sociaux atteints.


* Mohamed MARZOUKI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com