Bilan en 2009: «La BAD premier pourvoyeur de fonds en Afrique»





La Banque africaine de développement (BAD) a organisé mardi une conférence pour présenter le bilan de la banque en 2009 et les perspectives pour 2010.
Une cinquantaine d’ambassadeurs et plusieurs représentants des instances internationales établies en Tunisie ont été présents à cet événement désormais traditionnel. Lors de la conférence, M. Donald Kaberuka a souligné que l’institution a été en 2009, le principal investisseur en Afrique. Il a précisé que les montants mobilisés par la banque au cours de cette année ont été de l’ordre de 11 milliards de dollars.
Evoquant l’impact de la crise financière internationale, qui a affecté le continent, M. Kaberuka a relevé que la banque n’a pas été très touchée par cette crise et sa crédibilité n’en a pas été affectée. «Elle a emprunté 7,5 milliards de dollars sur les marchés financiers à travers des émissions obligataires», a-t-il précisé. De plus, afin de permettre à ses pays membres de faire face aux effets de cette crise, la BAD a augmenté ses opérations, devenant ainsi le premier contributeur au développement en Afrique.
Il a ajouté « Ceci est du à la bonne gouvernance interne de la BAD et à sa bonne maîtrise de la gestion financière», affirmant que, suite à cette démarche, tous les guichets ont enregistré des recettes positives.
Concernant les perspectives de l’année 2010, la BAD a prévu une enveloppe en légère baisse. Ceci est dû, selon M. Kaberuka, à l’instabilité du continent et au contre-coup de la crise économique qui auront un impact négatif sur la gestion financière et les opérations de la banque. « La crise économique qui a durement touché notre continent et la demande croissante de nos ressources limitera nos capacités à l’avenir», dit-il.
Pour conclure, M. Kaberuka a signalé que l’Afrique est un continent qui regorge de ressources naturelles et d’énergies renouvelables mais qui manque de moyens lui permettant de développer ses matières premières. Dans ce cadre, le président de la banque entamera une visite en Chine afin de s’entretenir avec les dirigeants concernés sur les possibilités de promouvoir l’investissement chinois en Afrique, notamment dans l’infrastructure.


* Sameh MEFTAH




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com