Transport maritime : Moderniser l’infrastructure et renforcer les dispositifs de sécurité





Une journée d’information s’est tenue hier dans un hôtel de la capitale au cours de laquelle le ministère des Technologies de la Communication et du Transport et l’Office de la Marine Marchande et des Ports ont exposé les différentes perspectives du projet du développement engagé dans le port commercial de Radès. Tunis-Le Quotidien Le transport maritime en général et les ports maritimes en particulier, par lesquels s’effectuent plus de 95% des échanges extérieurs de la Tunisie, font partie intégrante de l’environnement économique et jouent un rôle primordial dans la promotion des échanges commerciaux du pays. Le port de Radès qui a accaparé durant 2002 le volume de 16% de l’ensemble des activités maritimes nationales et internationales, a été au centre du débat de la journée d’information qui s’est penchée sur des questions relatives aux perspectives du développement de son infrastructure et de son réaménagement afin qu’il puisse faire face aux nouveaux défis du commerce international. Au cours de son allocution d’ouverture, M. Sadok Rabeh, ministre des Technologies de la Communication et du Transport, a évoqué la question de la sécurité dans le transport international en indiquant que, depuis les événements du 11 septembre 2001, les procédures et les dispositifs de sécurité sont de plus en plus sévères et vigilants mais que nous sommes au devant d’une révision globale des mesures de sécurité appliquées dans nos ports. «L’entrée en vigueur des nouveaux dispositifs de sécurité dans les ports internationaux dès le mois de juillet 2004 peut ainsi être fatale pour le trafic maritime si jamais on n’a pas engagé la politique de développement et d’aménagement adéquate», ajoute le ministre. Réduire le séjour des conteneurs Les réformes mises en route dans le cadre de la politique nationale relative au développement et à la mise à niveau des ports de la marine marchande, présentées par M. Youssef Ben Romdhane, de la direction générale de la marine marchande sont accentuées sur la promotion des modes d’organisation et le développement des équipements et de l’infrastructure, la mise en place des nouvelles procédures qui permettent la réduction du séjour des conteneurs ainsi que la mise en fonction d’un réseau d’information susceptible d’améliorer la communication et l’échange des données entre les ports sur le plan national et international. De même, la politique de réforme qui vise le développement du trafic maritime, comprend un plan de privatisation du secteur à travers l’encouragement de l’investissement privé national et étranger dans le secteur maritime et des ports, et ce, dans le cadre du désengagement de l’Etat de certaines activités à caractère commercial. Cinq préalables à l’évolution du port de Radès Pour ce qui concerne le port de Radès dont le poids dans le trafic maritime national est évalué à 16%, le plan de développement de l’activité maritime, la promotion de la qualité et le renforcement de la sécurité et la protection de l’environnement, présentent les principaux volets autour desquels est engagée la politique de réforme. Les perspectives du développement de ce port portent sur cinq niveaux d’intervention. D’abord un plan d’action qui portera sur l’amélioration de l’infrastructure avec un investissement de près de 300 millions de dinars pour correspondre aux normes nationales et internationales. Cette opération va être attribuée aux investisseurs privés pour épauler les efforts déployés par l’OMMP. La deuxième action porte sur l’adoption de mesures opérationnelles visant la réduction du délai du séjour des conteneurs qui a causé des pertes et a entravé la compétitivité de ce port. En terme de sécurité, l’entourage du port de Radès fait l’objet d’un encombrement d’institutions qui y sont implantées sans pour autant prendre en considération les normes de sécurité, essentiellement au niveau de la zone industrielle pétrolière qui nécessité la mise en vigueur des procédures de sécurité et des actions d’aménagement pour protéger l’environnement maritime du port. Le quatrième projet du développement du port concerne le raccordement avec le réseau des voies pour assurer une meilleure fluidité du transport des marchandises. Enfin, le projet consiste à l’élaboration d’un système d’information qui permettra de moderniser l’échange des données avec les différents ports de la Méditerranée, afin de créer un rayonnement plus performant dans le bassin euro-méditerranéen qui va faciliter l’intégration du trafic maritime tunisien dans le projet européen EUROMED. Hassen GHEDIRI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com