Tunis : Des chèques et des associés





Le tribunal de grande instance de Tunis a examiné dans une récente audience une affaire de vol et de falsification de chèques.
Les deux suspects impliqués dans cette affaire ont rejeté les deux chefs d’accusation, déclarant être victimes d’un règlement de compte… Les faits remontent à la fin de l’an dernier suite à une plainte déposée par un commerçant de la place qui reproche à deux de ses “connaissances” de lui avoir volé plusieurs chèques et de les avoir falsifiés. Les deux suspects ont réussi selon les dires du plaignant, à encaisser le montant de 50 mille dinars. Il s’en est rendu compte plus tard, c’est-à-dire au moment où il a reçu le relevé bancaire. Sa banque lui a fourni le nom du bénéficiaire.
Il s’est avéré alors qu’il s’agit de l’un des deux suspects dans cette affaire. Le plaignant ajouta qu’au même moment, il a perdu les traces de plusieurs autres chèques et accuse le deuxième suspect de les lui avoir volés. Interrogés par un juge d’instruction, les deux suspects nièrent les faits qui leur sont reprochés et donnèrent une autre version des faits. Ils déclarèrent être, en réalité, des associés du plaignant, et de ce fait, ils travaillent ensemble depuis des années. Ils sont habitués à encaisser des chèques qui portent le nom de leur associé. D’ailleurs, c’est une pratique courante en Tunisie que de présenter à la banque des chèques qui ne portent pas le nom du bénéficiaire déclara l’un des avocats des deux suspects. Suite à quoi, l’affaire examinée par le tribunal de première instance de Tunis. Un premier report pour demander l’avis d’un expert afin de vérifier si le chèque a été falsifié, a débouché sur un coup de théâtre. L’expertise révéla en effet que le chèque en question était authentique. Seul le nom du bénéficiaire a été ajouté aux écritures principales. Après avoir entendu les deux suspects et les plaidoiries des avocats de la défense, lors de l’audience de vendredi, la Cour a décidé de renvoyer l’affaire pour délibérations.


H.M.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com