Tunis : Une I.V.G. fatale !





En acceptant de se rendre à ce rendez-vous, elle ne s’attendait pas à ce qu’on lui fasse subir l’interrogatoire le plus musclé de sa vie. C’est que le médecin traitant allait dévoiler à ses frères que leur frangine venait de subir une I.V.G. (Interruption Volontaire de Grossesse).
Il faisait tard et pourtant, elle n’est pas encore rentrée. Sa mère tentait tant bien que mal d’apaiser les inquiétudes de ses fils qui commencent à perdre espoir d’autant que leur frangine a quitté la maison tôt le matin pour aller rendre visite à une amie qui devait subir une intervention chirurgicale. Finalement, la petite sœur s’est manifestée. Elle était toutefois dans un état tel qu’elle n’a pas tardé à éveiller les soupçons de ses frères. A vrai dire, jamais, ils ne l’ont vue dans un pareil état de santé. Le visage pâle, elle arrivait à peine à se tenir debout. D’ailleurs elle a refusé de manger, se dirigeant directement vers sa chambre comme pour éviter les questions embarrassantes. Elle fut, néanmoins, rejointe par sa mère qui voulait savoir si sa fille souffrait d’une quelconque maladie. La maman n’eut, comme réponse, que quelque mots signifiant que sa fille a eu ses règles. Du coup, on lui a préparé une infusion avant de la laisser dormir et se reposer.
Coup de théâtre, le lendemain et alors qu’ils s’apprêtaient à quitter la maison pour se rendre au travail, ses deux frères ont eu la mauvaise surprise de découvrir que leur sœur était en train de parler dans son téléphone portable expliquant à son interlocuteur que tout s’est bien passé et que l’opération qu’elle venait de subir s’est faite dans de parfaites conditions. Au départ, les deux frangins n’avaient rien compris. N’empêche qu’ils voulaient en savoir davantage. De quelle opération parlait leur sœur ? Tout en gardant leur calme, les deux frères ont demandé à la mère d’aller vérifier auprès de leur sœur si elle a bel et bien subi une opération. Refusant de parler et faisant semblant de ne rien comprendre, la sœur fut obligée, tout de même, d’accompagner ses deux frères et sa mère, chez un médecin pour s’assurer que tout allait pour le mieux. Après avoir, en effet, subi l’examen médical, la jeune fille a été contrainte par le médecin traitant d’être admise dans un hôpital de la place. Elle souffrait d’une hémorragie due à une interruption volontaire de grossesse.
La nouvelle est tombée comme la foudre. Comment, en effet, la jeune fille était-elle tombée enceinte et surtout qui est l’auteur de cette grossesse? Des questions qui allaient provoquer la colère des deux frangins qui étaient déterminés à se venger de leur sœur de la manière la plus violente. N’eut été la sagesse et le bon sens de la mère, le pire aurait pu arriver. Ses deux fils ont accepté de saisir les autorités afin de tirer au clair toute cette affaire. Les auxiliaires de la justice ont patienté le temps que la jeune fille se rétablisse pour l’interroger. Elle a alors déclaré que depuis un bon bout de temps, elle entretenait une relation amoureuse avec un jeune homme qui lui a promis le mariage. Le prince charmant a réussi, au passage, à avoir des rapports intimes avec sa dulcinée et qui n’ont pas tardé à donner leurs fruits. La jeune fille est tombée enceinte et contrainte à subir une interruption volontaire de grossesse et ce, à la demande de son petit ami. Dans la foulée, elle a fourni aux auxiliaires de la justice le nom de son prince charmant qui a été convoqué au poste et interrogé à son tour. Après avoir admis être l’auteur de cette grossesse, il a émis son désir de convoler en justes noces avec la jeune fille. N’empêche que le dossier de cette affaire a été remis à un juge d’instruction qui devrait trancher et décider du sort des tourtereaux.


H.M.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com