Mme Leïla Ben Ali reçoit l’Ecusson du Comité libanais de lutte contre la violence à l’égard des femmes





TUNIS- TAP
La cérémonie d’ouverture de la conférence arabe sur la lutte contre la violence à l’égard de la femme a été marquée par la remise à Mme Leïla Ben Ali, épouse du Président de la République et présidente de l’organisation de la femme arabe (OFA), de l’Ecusson du Comité libanais de lutte contre la violence à l’égard des femmes.
Cette distinction a été remise à Mme Leïla Ben Ali par Mme Loris Sfeir Shandar, présidente du comité, en témoignage de considération pour les effort généreux déployés par l’épouse du Chef de l’Etat dans le domaine social, pour son action humanitaire, pour la sollicitude constante dont elle entoure les catégories à besoins spécifiques et pour ses multiples initiatives entreprises en vue de promouvoir les conditions de la femme arabe, depuis son accession à la présidence de l’OFA.
Mme Loris Sfeir Shandar a souligné, à cette occasion, l’importance des étapes franchies par la Tunisie dans le domaine de la lutte contre la violence à l’égard de la femme citant notamment les législations tunisiennes évoluées promulguées dans ce domaine et qui visent à préserver l’équilibre de la famille et à instaurer des relations familiales solides garantissant la cohésion de la société.
Elle a exprimé ses sentiments de considération à Mme Leïla Ben Ali qu’elle a qualifiée de «l’exemple de la femme moderne, cultivée, généreuse et dévouée qui se donne pleinement au service de l»action sociale et humanitaire et qui représente le meilleur support de l’œuvre de réforme engagée par l’homme du Changement et le meilleur soutien à l’action visant à promouvoir les conditions de la femme tunisienne en particulier et de la femme arabe en général, en vue de renforcer ses compétences et de la hisser au plus haut niveau».
Elle a rendu hommage à Mme Leila Ben Ali pour son engagement agissant dans l’action sociale en vue d’atténuer les souffrances des exclus et des catégories à besoins spécifiques et d’ouvrir devant eux les portes de l’espoir, de les accompagner et de favoriser leur intégration dans la vie active et dans l’œuvre de développement, sans exclusion ni marginalisation.
Elle a salué, dans ce contexte, l’initiative de Mme Leïla Ben Ali d’instituer une journée arabe des personnes âgées ainsi que son initiative en faveur de la création d’une commission de la femme arabe pour le droit international humanitaire, commission qui aura pour objectif de prendre en charge les femmes victimes des conflits. Elle a également salué l’initiative de l'épouse du Président de la République d’élaborer une stratégie arabe de lutte contre la violence à l’égard de la femme.
La cérémonie d’ouverture de la conférence a été marquée par la remise à Mme Ben Ali de l’Ecusson du Comité libanais de lutte contre la violence à l’égard des femmes. Cette distinction lui a été remise par Mme Loris Sfeir Shandar, présidente du comité, en considération pour ses efforts généreux dans le domaine social, pour son action humanitaire et pour la sollicitude constante dont elle entoure les catégories à besoins spécifiques ainsi que pour ses multiples initiatives entreprises pour promouvoir les conditions de la femme arabe, depuis son accession à la présidence de l’OFA.
Au cours de la cérémonie, Mme Fehmia Charfeddine, professeur libanaise de sociologie, a donné une communication sur le thème «la promotion de la situation de la femme arabe: réalité et ambitions».
Mme Khira Chibani, communicatrice et chercheuse tunisienne, a présenté une autre communication dans laquelle elle a passé en revue les thèmes inscrits à l’ordre du jour de la conférence.
Ces thèmes ont été adoptés à la lumière de la préface du livre publié récemment par l’OFA et intitulé la violence à l’égard de la femme arabe, entre le poids de la réalité et la consécration des valeurs universelles, préface signée par Mme Leila Ben Ali.
Dans une autre communication, la journaliste arabe Montaha Roumahi a évoqué le phénomène de la violence à l’égard de la femme et les moyens de l’endiguer, soulignant notamment la nécessité de changer les mentalités et les comportements sociaux ainsi que l’importance du rôle des médias dans ce domaine.
Ont assisté à la cérémonie d’ouverture les femmes membres du gouvernement, les hauts cadres féminins de l’Etat et les représentantes des délégations arabes participant à la conférence ainsi que plusieurs journalistes et intellectuelles arabes.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com