El Mourouj : La sécheresse, l’exode et le doute !





Il faisait nuit… pourtant, il a réussi à distinguer dans le noir, la couleur de la veste de cet étrange visiteur nocturne…
Une petite pluie s’abattait sur la chaussée. Le conducteur de la voiture de louage était sur ses nerfs. La desserte risquait de prendre plus de temps que prévu. Il devait en effet rouler lentement, car à la moindre fausse manœuvre, son véhicule risquait de se retrouver sur le bas-côté.
Du coup, pour oublier un tant soi peu ses malheurs, il engagea la conversation avec les cinq passagers. Juste à côté de lui, assis sur le siège avant, un homme d’une cinquantaine d’années, était le premier à sortir de son silence.
Il s’est avéré qu’il s’agit d’un petit exploitant agricole victime d’une longue sécheresse ayant fait des ravages dans ces régions reculées du Nord-Ouest du pays.
Lourdement endetté, il décida de vendre ses terres et de quitter à jamais son village natal pour aller trouver un moyen de subsistance dans ce quartier populaire de la capitale.
Sa jeune épouse et ses deux filles furent les premières à arriver à Tunis, où elles s’installèrent dans une modeste maison située à quelques encablures de Ben Arous.
Lui, en revanche, était resté au bled pour régler quelques affaires qui allaient prendre plus de temps que prévu. Cela fait trois mois que les trois femmes vivaient seules en attendant d’être rejointes par le chef de la famille.
La nuit commençait à tomber et la pluie continuait à s’abattre de plus en plus fort.
La visibilité était presque nulle. Pourtant, sur les hauteurs de Mornaguia, le petit exploitant agricole pouvait toujours admirer la ville de Tunis et ses grattes-ciel.
Le conducteur réveilla tout le monde et l’arrêt du véhicule signifia aux cinq passagers qu’ils sont arrivés à Bab Saâdoun.Il héla un taxi et se dirigea vers le quartier d’El Mourouj où habitent sa femme et ses deux filles. Arrivé à destination, le chauffeur du taxi ne pouvait plus continuer sa route. Le petit exploitant agricole est contraint de continuer son chemin à pieds. Il s’aventura dans une petite ruelle qui conduit vers sa maison. Il faisait nuit… Pourtant, il a réussi à distinguer dans le noir la couleur de la veste de cet homme qui sortait de chez lui. Qui pourrait bien être ce visiteur nocturne ?
Il pressa les pas et pénétra à l’intérieur de la maison afin de trouver une réponse à sa question… Son épouse, comme ses deux filles avaient nié en bloc que quelqu’un était chez elles. Du coup, c’est le doute qui s’est emparé du père. Dans la mêlée, il perdit la raison et se déchaîna contre les siens allant jusqu’à aller chercher un couteau dans la cuisine, menaçant de tuer tout le monde.
Il a fallu que les voisins, alertés par les cris des trois femmes, interviennent pour éviter qu’un véritable drame ne se produise.Les agents de l’ordre se sont chargés de l’affaire, du reste, en embarquant au poste les quatre protagonistes.


H. MISSAOUI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com