Indice des prix à la consommation: Les tensions inflationnistes de retour





Selon les chiffres publiés, lundi, par l’Institut National de la Statistique (INS), l’indice des prix à la consommation familiale pour les deux premiers mois de 2010 en Tunisie a augmenté de 5,2% par rapport à la même période en 2009.


L’indice a enregistré la plus forte progression au niveau du secteur de l’alimentation, avec 8,4% en raison notamment de l’augmentation des prix des viandes rouges, de la volaille du lait et du sucre.


La hausse a également touché les loisirs et divers (6,6%), l’habillement (2,8%), l’habitat (2,2%) et l’hygiène (2%). Les postes transport et énergie ont augmenté respectivement de 2,7%) et de 1,2%.


L’INS précise que le mois de janvier a été particulièrement marqué par une hausse sans précédent des prix à la consommation (4, 8%) avant que l’indice ne tombe légèrement en février sous l’effet des soldes d’hiver.


Hausse des prix


des matières premières


Le retour des tensions inflationnistes s’explique notamment par la hausse des prix de plusieurs matières premières sur le marché international qui ont fait augmenter le coût des subventions assurées par le gouvernement.


C’est notamment le cas du pétrole qui a dépassé la barre de 80 dollars et que l’Etat subventionne d’une manière soutenue. Le litre de gasoil revient à 1d140 alors qu’il est proposé au public à 0d960. Il est donc compensé à hauteur de 180 millimes par litre.


Le prix de revient du litre de pétrole lampant est de 760 millimes tandis qu’il n’est proposé qu’à 412 millimes, bénéficiant d’une compensation de 348 millimes (plus de 80 % de son prix de vente). La compensation s’étend aussi à l’énergie électrique. L’Etat a versé 353 millions de dinars en 2009 à la STEG pour maintenir le prix de l’électricité à son niveau actuel. Le kilowatt/heure est proposé à 118 millimes alors qu’il revient à 173 millimes.


De son côté, le prix du sucre sur le marché mondial a augmenté de façon spectaculaire pour atteindre 776 dollars la tonne en janvier 2010. Au port de Radès, ce prix a atteint 780 dollars. Avec le calcul des frais de dédouanement et de transport, le prix final du kilogramme sur le marché tunisien est d’environ 1,250 dinar. Dans la pratique, le kilo, dont le prix a été majoré en janvier, est proposé actuellement à 950 millimes. Il est, de ce fait, subventionné par l’Etat, à hauteur de 300 millimes/kilo.


W.K.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com