Ciments de Bizerte: Le désistement des Chinois bloquera-t-il le projet d’extension ?





Ceci a conduit vers la mise en place d’une politique d’investissement ambitieuse s’inscrivant dans le cadre du programme de mise à niveau PMN II pour une enveloppe de 150 millions de DT qui sera réalisé sur 5 ans. Cet investissement permettra d’augmenter la capacité de production de 900.000 tonnes de clinker par an à 1.650.000 tonnes de clinker par an. En parallèle, la société va continuer à engager des investissements courants d’un montant de 82 millions de DT dans le but de maintenir la capacité de production de l’usine à son niveau nominal. A ceci s’ajoute un investissement de 15 millions de DT orienté vers la maîtrise de l’énergie et la protection de l’environnement.


Elle a donc lancé un appel d’offres pour recruter un partenaire capable de la suivre sur cette voie. Un groupe chinois a ainsi été retenu et tout semblait conclu. Coup de théâtre, le groupe chinois se désiste ! Et l’interrogation est évidente : ce désistement compromettra-t-il les projets d’extension de l’entreprise ?


Trois hypothèses


Après le désistement du groupe chinois retenu pour le marché de l’extension de la capacité de la cimenterie de Bizerte, un fait nouveau a pris les devants ; celui du coût élevé proposé par le second soumissionnaire pour cette extension (350 millions de dinars) et l’incertitude relative au maintien de son offre initiale.


Pourtant, c’est plutôt la confirmation de la construction de trois nouvelles cimenteries au cours des prochaines années qui émerge, amenant la SCB à actualiser ses hypothèses de prévision. Elles tourneront autour de trois axes:


- Engager la 2e partie du plan de mise à niveau PMN II. Ce plan consiste à engager les investissements nécessaires pour améliorer les performances de l’usine tout en débouchant sur l’augmentation de la capacité de production:


- La capacité du four II sera portée à au moins 3500 tonnes de clinker par jour au lieu d’un nominal actuel de 2000 tonnes jour.


- La consommation en énergie calorifique sera ramenée à 740 thermies à la tonne de clinker au lieu d’une moyenne actuelle supérieure à 900 Thermies (- 18 %).


A l’ombre de la conjoncture internationale


La demande du ciment aussi bien sur le marché local qu’à l’export restant soutenue, les livraisons SCB au marché local ont augmenté de 18% au mois de janvier 2010 et ses exportations ont été doublées. La SCB envisage donc de réviser ses prix à la hausse et prévoit que son prix de revient sera comprimé et que son chiffre d’affaires, sa marge brute et son bénéfice comptable seront supérieurs à ceux enregistrés en 2009. Ce qui fait que les grands projets d’investissement du PMN II et par conséquent de l’augmentation de la capacité de production seront bien entamés


En conclusion, si les résultats comptables de l’exercice 2009 sont en deçà des attentes, ils ne sont pas mauvais au vu de la conjoncture internationale difficile et des désavantages structurels de la SCB qui estime que les actions entreprises et les prémisses encourageantes de ce début d’année renforcent son optimisme pour une année 2010 prometteuse.


Les perspectives pour 2011 et les années suivantes lui semblent tout aussi bonnes et elle engagera des investissements qui augmenteront sa capacité de production et réduiront sensiblement les prix de revient et renforceront sa compétitivité.


Tout le monde s’attend d’ailleurs à ce que le prix de ses actions augmentera sensiblement les mois et les années à venir.


Manoubi AKROUT




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com