S.T. : A la recherche de solutions offensives





Au Bardo, les supporters ne sont pas du tout contents. Le bilan, depuis l’entame de la phase retour de la L1 est inquiétant et l’équipe n’arrive plus à convaincre.
En cinq journées, il y a eu un seul éclair avec cette victoire remportée à Bizerte. Elle réchauffé le cœur des Stadistes, mais ce ne fut qu’éphémère et le match suivant face à l’Espérance de Zarzis est venu les... refroidir !
Patrick Liewig, encensé par le public pour avoir mis sur pied une belle équipe, ne fait plus la même unanimité. Pourtant, il travaille avec les mêmes méthodes et le même principe mais il faut bien relever que certaines parties prenantes ne veulent plus lui offrir la même... carte blanche. Dans un match qu’il fallait gagner pour espérer coller davantage au trio de tête, personne n’a pu comprendre les raisons qui ont conduit le coach à aligner... huit joueurs à vocation défensive pour appliquer une tactique offensive.
Pourtant, d’autres solutions étaient bonnes à essayer, mais l’entraîneur stadiste n’a opéré qu’un seul changement et cette attitude n’a pas manqué de surprendre. C’est surtout l’équilibre de l’équipe qui est remis en question puisqu’il a été touché dans les trois compartiments.
On a même l’impression que Liewig veut satisfaire tous ses joueurs, surtout les cadres, et c’est ce qui l’a amené à faire jouer Zaïri, Hosni et Yaken alors qu’il y a de la place pour deux seulement.
A l’entrejeu, l’absence de Marouène Tej ne pouvait expliquer à elle seule le naufrage de ce compartiment, incapable de hausser le rythme et même de soutenir les attaquants et contribuer à la manœuvre offensive. L’intégration de Cherif Doumbia n’a point convaincu jusqu’à présent, d’autant plus qu’il a évolué au même poste que Tembado alors que l’équipe avait surtout besoin d’un régisseur capable d’orienter le jeu et de contrôler le rythme.
Naufrage collectif
Après la piètre prestation du ST face à l’ESZ, le mécontentement a même gagné le camp des dirigeants qui sont pourtant convaincus de la compétence de leur coach. Une réunion a eu lieu lundi dernier pour évaluer les résultats et le rendement collectif et individuel des joueurs. Liewig a laissé entendre que son équipe n’était pas prête samedi dernier et que l’échec était avant tout collectif et c’est ce qui l’a amené à n’effectuer qu’un seul changement ! A la fin de cette réunion, on a tenu surtout à ne pas dramatiser et à mettre les bouchées doubles afin de négocier la suite du parcours avec une plus grande réussite.
Pour son prochain match à Monastir, Liewig va pouvoir récupérer Tej et il fera jouer, en principe, Tembado. Des solutions offensives doivent être trouvées pour ne plus se contenter de bribes d’occasions. La confiance est encore de mise, mais il va falloir travailler davantage pour ne pas... stagner !


Kamel ZAÏEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com