Ben Ali : «Les droits de l’homme, un symbole de civilisation, une nécessité éthique et politique et un attribut de la dignité»





TUNIS- TAP
Le Président Zine El Abidine Ben Ali s’est adressé, hier en fin de matinée, aux participants à la 27e session du Conseil des Ministres arabes de l’Intérieur, par une allocution prononcée en son nom par M. Rafik Belhaj Kacem, ministre de l’Intérieur et du Développement local.
Voici le texte intégral de l’allocution :
«Au Nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux
Votre Altesse Royale, Prince Nayef Ibn Abdul Aziz,
Excellence, Monsieur le Président de la session,
Altesses,
Excellence, Monsieur le Secrétaire Général,
Excellences,
Messieurs,
Il me plaît d’ouvrir, avec la bénédiction de Dieu, le Tout Puissant, les travaux de cette vingt-septième session du Conseil des Ministres Arabes de l’Intérieur, et de saluer, en cette circonstance, Leurs Altesses et Excellences, Messieurs les Ministres Arabes de l’Intérieur et les membres des délégations qui les accompagnent, ainsi que les représentants des organisations internationales et régionales spécialisées, en vous souhaitant, à tous, un séjour agréable dans notre pays, la Tunisie, qui demeure constamment fidèle aux valeurs de coopération et de solidarité, soucieuse d’apporter un concours agissant au renforcement des attributs de l’action arabe commune.
Il m’est tout aussi agréable d’adresser mes salutations et les expressions de ma considération à Son Altesse Royale, le Prince Nayef Ibn Abdul Aziz, deuxième vice-président du Conseil des Ministres, Ministre de l’Intérieur du Royaume d’Arabie Saoudite frère et Président d’honneur de votre auguste Conseil, et d’assurer Son Altesse de ma grande estime pour la sollicitude constante dont il entoure cette institution, avec sagesse et compétence.
Altesses,
Excellences,
Messieurs,
Les mutations accélérées que le monde connaît, aujourd’hui, dans les divers domaines, nous imposent d’œuvrer sans cesse à évoluer au rythme de ces changements, à en saisir la portée et à en relever les défis, et pour ce faire, de nous armer de la volonté sincère et de l’esprit d’initiative, et de nous employer à propager les valeurs de solidarité et d’entraide, et à harmoniser nos attitudes, dans le cadre des affinités et des liens de fraternité qui nous unissent et des aspirations et ambitions que nous avons en commun.
La Tunisie, profondément enracinée dans son environnement arabo-musulman et intégrée dans le processus de la civilisation universelle, est soucieuse de continuer à progresser dans cette bonne voie, de persévérer dans sa détermination à demeurer un facteur agissant dans la consolidation des fondements de l’action sécuritaire arabe commune, et de contribuer, à partir de la position qui est la sienne, à la sauvegarde de la sécurité, de la souveraineté et de l’invulnérabilité de nos Etats.
En Tunisie, nous avons entrepris, depuis le Changement du 7 Novembre 1987, de concrétiser l’option du développement intégral, et avons consacré nos efforts en faveur de la réalisation des objectifs du développement, dans toutes ses dimensions politique, économique et sociale, persuadés qu’il ne peut y avoir de sécurité sans développement et que les nations ne peuvent prétendre à l’invulnérabilité, en l’absence d’une œuvre de développement généralisée et équilibrée, garantissant les droits du citoyen, dans le cadre d’une vision exhaustive et cohérente des droits de l’homme.
Une heureuse coïncidence a fait que la tenue de votre présente session ait lieu le jour même où les pays arabes célèbrent la «Journée arabe des droits de l’homme », qui est fêtée le 16 mars de chaque année. En cette circonstance, nous nous faisons un devoir de rendre hommage aux efforts louables déployés par votre honorable Conseil, et à l’intérêt qu’il accorde à cette question eu égard à sa relation étroite avec les impératifs de l’action sécuritaire.
Ce sont des efforts que la Tunisie apprécie hautement, dans le cadre de l’importance particulière qu’elle attache aux droits de l’homme, et des initiatives qu’elle entreprend dans ce contexte, aux plans de la législation et de la pratique, à l’effet de consolider ces droits, d’en diffuser les valeurs et la culture et d’en affermir la place dans la société.
Pour nous, les droits de l’homme sont à la fois un symbole de civilisation, une nécessité éthique et politique et un attribut essentiel de la dignité des individus et des peuples. Nous avons très souvent souligné que ces droits constituent un tout indivisible et qu’il ne saurait y avoir de prééminence pour l’une quelconque de leurs catégories et générations, ni de privilège pour l’une par rapport aux autres.
Partant de cette approche, nous nous sommes préoccupés de renforcer ces droits et d’en diffuser la culture, par le canal de l’éducation et de l’enseignement, de même que dans les divers organismes de formation et de perfectionnement des forces de sécurité intérieure, tant nous sommes persuadés que servir le citoyen est l’essence même de la fonction sécuritaire, et que le fait de doter les agents de savoir-faire et de connaissance juridique est le seul garant de la conciliation entre les impératifs de l’action sécuritaire sur le terrain et la préservation des droits de l’homme.
Votre Conseil a toujours constitué un cadre privilégié pour l’examen des problèmes sécuritaires d’intérêt commun, grâce aux opportunités et mécanismes qu’il offre à la concertation et au dialogue. Nous sommes confiants en l’aptitude de cette prestigieuse institution panarabe à accomplir davantage de réalisations, dans le cadre de ses nobles objectifs et à la faveur de la promotion constante de ses moyens d’action et de leur adaptation aux nouveaux besoins sécuritaires.
C’est dans cette optique que s’inscrit l’initiative prise par votre Conseil en faveur de la création d’un système moderne de communication doté d’une base de données pénales, qui permettra au Secrétariat Général du Conseil, à ses structures et aux Etats membres d’échanger instantanément des informations, ce qui constitue l’une des bases d’une action sécuritaire efficiente.
Tout en rendant hommage à l’Etat des Emirats Arabes Unis frère, pour le rôle qu’il a assumé dans la mise en place de ce système, je tiens à saisir cette occasion pour féliciter le Secrétariat Général du Conseil et l’Université Arabe Nayef des Sciences sécuritaires, pour les efforts louables qu’ils déploient en vue de consolider notre sécurité commune, à travers les recherches et études qu’élabore cette prestigieuse université, et les colloques scientifiques et cyles de perfectionnement qu’elle organise en vue de promouvoir l’action sécuritaire et de la hisser aux meilleurs niveaux dans l’ensemble de nos pays.
Votre honorable Conseil a inscrit dans son programme pour la présente session, un ensemble de points importants qui se rapportent à l’évaluation des diverses stratégies et plans d’étape en relation avec l’action sécuritaire, et en premier lieu, la lutte contre le terrorisme, le crime organisé transnational, les stupéfiants, la cybercriminalité ainsi que d’autres sujets relatifs à la sécurité routière et à la protection civile.
Il s’agit de questions qui revêtent une haute importance, dans le contexte des mutations économiques et sociales mondiales accélérées que nous venons de souligner. Ceci confirme la nécessité pour nous de redoubler d’efforts pour faire en sorte que nos structures sécuritaires soient constamment à la hauteur des tâches dont elles sont investies, et capables d’interagir avec ces changements et d’évoluer au rythme des technologies et des méthodes scientifiques les plus récentes.
Le but étant de garantir la prévention et de renforcer l’efficience des interventions dans la lutte contre la criminalité dans tous ses aspects et sous toutes ses formes et la protection de la société contre les divers dangers et fléaux.
Au nombre de ces dangers, il importe de citer les accidents de la circulation, qui figurent en fait à votre ordre du jour, illustrant ainsi l’attention particulière qui est portée à cette question partout dans le monde arabe, et les efforts accrus qui doivent être déployés pour préserver les vies humaines et réduire les pertes humaines, sociales et économiques causées par ce phénomène.
En Tunisie, nous avons créé, depuis quelques années, un Observatoire national de l’information, de la formation, de la documentation et des études sur la sécurité routière. Nous lui avons confié pour mission l’observation de ce secteur, ainsi que la collecte, l’analyse et le répertoriage des données et informations qui s’y rapportent, et la conception de programmes destinés à garantir la sécurité des usagers de la route. Cet Observatoire accomplit sa tâche en coordination avec les diverses structures intervenant dans le domaine de la sécurité routière et, en premier lieu, avec les associations opérant dans ce secteur, consacrant ainsi l’importance que nous attachons à la conscientisation et à la sensibilisation.
Dans ce cadre, notre pays a accueilli, au début de ce mois, une importante manifestation de sensibilisation, à savoir le Festival international des programmes de prévention routière, organisé avec le concours de nombreuses organisations arabes et internationales concernées, ainsi qu’un Forum consacré aux dangers de la conduite automobile pour les jeunes.
Ce sont là des initiatives que nous soutenons et encourageons, tant nous avons foi en l’importance de l’information, de l’éducation et de l’initiation dans ce domaine, et en consécration de la place particulière que nous accordons à la jeunesse qui représente la richesse de la nation et le pilier de l’avenir.
Nous réitérons, en cette circonstance, la fierté que nous inspire l’adoption, par l’ONU, de notre initiative en faveur de la proclamation de l’année en cours, en tant qu’année internationale de la jeunesse, et formons l’espoir de voir nos pays arabes organiser, en cette occasion, des manifestations privilégiées, reflétant la place éminente de la jeunesse au sein de nos sociétés.
Nous exprimons, par ailleurs, notre satisfaction de l’inscription, à votre ordre du jour, d’un projet de sixième plan d’étape pour la mise en œuvre de la stratégie panarabe de lutte contre l’usage illicite de psychotropes et de stupéfiants, ainsi que de la présentation de rapports concernant les expériences des Etats membres dans ce domaine, ce qui dénote le souci qui est le vôtre de protéger nos sociétés, de prémunir notre jeunesse contre ce fléau et de garantir sa sécurité face aux périls et courants qui menacent sa santé physique et mentale.
Altesses,
Excellences,
Messieurs,
Le 1er de ce mois de mars, tous les pays du monde ont célébré la «Journée mondiale de la protection civile». Il s’agit d’un secteur qui a constamment bénéficié de l’attention de la communauté des Etats arabes et d’un suivi assidu de la part de votre honorable Conseil.
Durant votre présente session, en effet, vous allez procéder à l’examen d’un projet de deuxième plan d’étape pour la mise en œuvre de la stratégie arabe de protection civile. Notre souhait est que ce plan soit établi sur la base de l’évaluation des résultats du premier plan, et contribue à l’intensification des efforts, en partenariat avec les organisations et instances régionales et internationales spécialisées, et les associations et organisations non-gouvernementales concernées, en vue de prévenir les divers risques naturels et industriels, de devancer les évènements et d’assurer une intervention rapide et efficace.
Nul doute que la conjugaison des efforts des experts arabes et l’exploitation des possibilités offertes par les progrès technologiques dans ce domaine, permettront de concrétiser les objectifs assignés à ce plan, pour le plus grand bien du citoyen arabe, en matière de prévention tout autant qu’aux niveaux des secours, du sauvetage et de l’assistance.
Nous sommes persuadés que votre action et vos efforts sincères représentent la meilleure voie permettant de parvenir aux résultats escomptés de la présente session, et d’assurer la réalisation d’apports efficients, propres à contribuer au raffermissement des fondements de la sécurité arabe commune et à la consolidation des attributs de l’invulnérabilité et du développement de nos peuples.
Tout en vous renouvelant mes souhaits de bienvenue et de séjour agréable, en Tunisie, je prie Dieu le Tout-Puissant de couronner de réussite vos travaux»


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com