Etablissements scolaires : La grande toilette





L’opération de restauration, d’entretien et de maintenance des établissements scolaires entamée par le ministère de l’Education est exceptionnelle à plus d’un titre. Elle l’est, d’abord, par le volume des crédits alloués. Ensuite, par l’ampleur des actions entreprises et qui touchent toutes les régions du pays.
Ce qui a été réalisé en 2009 et ce qui est en cours en 2010 est significatif et ne peut laisser indifférent. Mais les efforts des pouvoirs publics ne doivent pas rester sans écho auprès des parties concernées.
Les travaux de maintenance sont menés en raison de la vétusté des locaux ou des équipements. Mais aussi pour faire face au vandalisme des élèves dans les collèges et lycées.
Ces dégâts causés délibérément par des «casseurs» sont une source d’hémorragie financière importante. Les autorités semblent avoir décidé de prendre le taureau par les cornes et de remédier efficacement à ce fléau. La stratégie du ministère repose sur plusieurs niveaux dont une campagne de sensibilisation à grande échelle. Cette action viserait les intervenants ciblés au préalable par des commissions spéciales. Des supports médiatiques adéquats seront mis à contribution pour atteindre les objectifs fixés. Toutefois, il est tout aussi nécessaire de passer à une étape décisive touchant directement les auteurs d’actes de vandalisme. Le règlement est clair. Les parents eux aussi doivent être impliqués de façon plus efficiente. N’oublions pas qu’un engagement est signé chaque année et par l’élève et par les parents préconisant le respect total du règlement intérieur des établissements scolaires. Si un casseur est pris en flagrant délit il n’y a qu’à appliquer les mesures qui s’imposent. Par ailleurs, le personnel  encadreur doit disposer des prérogatives et des moyens nécessaires pour appliquer la loi. Et dans le cas où un élève est sanctionné, l’établissement doit le faire savoir à tous les autres par le moyen d’affichage comme c’est le cas pour les sanctions disciplinaires (renvoi, par exemple). Cela aura le mérite de dissuader d’éventuels contrevenants. Et c’est le sentiment d’impunité qui pousse certains à saccager installations et équipements.
Les actions de prévention coûteront, sûrement, moins cher que les réparations. Ces mauvaises traditions, qui sont bien ancrées chez nos élèves, sont appelées à disparaître.


Amor CHRAIET 



Mobilisation de 293 MD


M. Mohamed Tonn, directeur des bâtiments
et des équipements, évoque le programme engagé. Le parc immobilier, aujourd’hui, est de 6000 établissements. Ces institutions et ces équipements, d’âges et de types très divers, nécessitent un entretien permanent que le système éducatif n’a pas toujours assuré. Le nouveau défi que doit relever l’école tunisienne (celui de la qualité) est largement tributaire des conditions matérielles de réalisation de l’acte éducatif. Il est donc indispensable pour assurer la bonne formation des jeunes générations que celle des générations de préserver le capital immobilier et équipementier. Un diagnostic a été établi.
L’action qui a déjà démarré en 2009 a permis de consacrer 62 millions de dinars aux 1309 institutions ciblées.
334 internats
Environ 10.2 MD ont été réservés aux écoles primaires en plus des crédits complémentaires exceptionnels ordonnés par le Chef de l’?tat. Soit 15 MD destinés à la réfection des blocs sanitaires dans les écoles primaires. De la sorte, de nouveaux équipements ont été ainsi, installés selon des normes standard anti-vandalisme.
Les collèges, eux, ont bénéficié de 16 MD et les lycées de 13.843 MD.
Ce qui fait que 931 écoles primaires et 304 collèges et lycées ont été touchés jusqu’ici par ces opérations.
L’autre volet non moins important concerne les 334  internats. Plus de 7 MD leur ont été consacrés. 73 d’entre eux ont pratiquement été remis à neuf avec des travaux de rénovation des équipements et des locaux. Environ 66.000 pensionnaires, dont la plupart sont boursiers, devraient bénéficier de services de meilleure facture.
En effet, les travaux ont permis le réaménagement des dortoirs, des cuisines, du matériel de cuisine ainsi que les réfectoires.
Le programme pour 2010 prévoit la poursuite de l’action. Une enveloppe de plus de 77 MD lui a été allouée dont 13.5 MD iront pour les écoles primaires (notamment pour les blocs sanitaires). 36 MD pour les collèges et lycées  et 10.5 MD en faveur des collèges techniques. La part des internats est estimée à 17.5 MD.
Afin de mesurer les efforts consentis, il serait bon de savoir que l’enveloppe globale réservée à tous ces travaux est de l’ordre de 293 MD. ? la rentrée 2010-2011 le programme serait totalement achevé.



A. CHRAIET




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com