Ramadan et santé : Les nutritionnistes mettent en garde contre les excès des premiers jours





Comme tous les musulmans du monde, les Tunisiens s’apprêtent à observer le jeûne durant le Mois saint de Ramadan. Cette période marquée par l’abstinence et la retenue durant la journée est largement compensée le soir. Les nutritionnistes déconseillent, à cet effet, les excès et donnent la recette d’un “jeûne” sans dérapages biologiques et physiologiques. Tunis - Le Quotidien Rituel millénaire, le jeûne pendant le mois de Ramadan a incontestablement des effets à la fois biologiques et psychiques sur l’organisme humain. En effet, dès le petit matin et jusqu’au soir le corps humain se livre durant ce rituel à une véritable épreuve de retenue et d’abstinence lui causant une perte parfois énorme de certains éléments nutritionnels, comme l’eau, les protéines, les calories et d’autres composantes hydriques et énergétiques... Ainsi, dès l’Iftar, les jeûneurs s’adonnent à une véritable récupération. Les repas de la journée sont remplacés par différents plats concoctés spécialement durant le Ramadan. La répartition de ces différents plats suivant la grille temporaire - souvent courte - peut causer un problème d’adaptation, voire même un déséquilibre gastronomique. Dr. Tahar Gharbi, nutritionniste de l’Institut National de la nutrition, explique à cet effet que, pour maintenir le rythme habituel de santé gastronomique et s’adapter dès les premiers jours au rythme ramadanesque , le jeûneur doit prendre le dernier repas un peu tard dans la soirée. “Lors de la rupture du jeûne, au lieu de consommer successivement les différents plats comprenant de nombreuses protéines, un seul genre de protéine suffit pour rééquilibrer l’organisme”, précise-t-il. Et de conseiller aux jeûnes de prendre le “shour” qui remplace le petit déjeuner tardivement afin de permettre à l’organisme de résister à la faim durant une bonne partie de la journée. Le nutritionniste recommande par ailleurs pour éviter l’indigestion - qui est généralement fréquente durant le mois saint - une forte consommation de fruits après la rupture du jeûne et, surtout boire beaucoup d’eau afin d’éviter la déshydratation. Eviter les dérapages des premières journées Les premières journées du mois saint constituent, à cet effet, la période au cours de laquelle le jeûneur tente de s’adapter au nouveau rythme ramadanesque. Mais c’est, surtout, durant la première journée que l’effet de certains éléments excitants se fait sentir sur les jeûneurs. A cet effet, le nutritionniste conseille de diminuer la consommation des excitants durant les jours qui précèdent le Ramadan pour éviter les dérapages nerveux durant les premiers jours. Sur le plan nutritionnel, Dr. Taïeb Doghri, professeur de nutrition à la faculté de médecine de Tunis, conseille aux jeûneurs de prendre des précautions en ce qui concerne les décalages horaires entre les repas dès les premiers jours du Ramadan. Il propose à cet effet, que les différents repas soient répartis selon la grille temporaire du jour, c’est-à-dire bien espacés. Afin de maintenir un équilibrage de l’organisme, le nutritionniste conseille aux jeûneurs de consommer des repas de qualité bien équilibrés, mais en quantité réduite et ce, dès les premiers jours. Certains plats comme la “chorba”, les viandes, la soupe sont conseillés aussitôt après la rupture du jeûne. Il en est de même pour les plats à base de pâtes et de farine comme les gâteaux typiques du mois saint et préparés à la maison. S’agissant des sujets malades observant le rituel du jeûne, il leur est conseillé un respect strict des règles diététiques qui leur sont prescrites par leurs médecins. Les nutritionnistes déconseillent, toutefois, une forte consommation d’épices aux sujets souffrant de maladies gastriques. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com