Lamine Belkhodja : «Je rumine une revanche personnelle»





Au-delà de l’incommensurable responsabilité dont se réclame un gardien par rapport à un joueur de champ, Lamine Belkhodja nourrit en son for intérieur une revanche personnelle sur l’adversaire et sur autrui.


Maintenant que l’accession est en poche, vous vous présenterez face au CA dans des conditions mentales optimales.
Sans nul doute. L’un des atouts dont nous disposerons s’assimile à la sérénité qui est notre apanage depuis fort longtemps. Le groupe se caractérise indubitablement par sa force tranquille. C’est dire que nous tenterons d’en extraire le maximum de dividendes.


Venons-en à la préparation proprement dite. A-t-elle dérogé à vos habitudes ?
Non, pas vraiment. Vous savez, il y a toujours des constantes sur lesquelles nous revenons incessamment pour les raffermir. Sinon, il y a le volet inhérent à notre adversaire du jour dont nous disséquons le profil pour tenter de le surprendre.


Avouez, quand même que ce match suscite un engouement particulier ?
Cela va de soi, et pour deux raisons au moins. La première à trait à l’épreuve Coupe qui nous a toujours subjugués et qui exerce sur nous autres Marsois, un attrait irrésistible. La second se rapporte à l’envergure de notre adversaire, le CA. Une nouvelle performance, après celle moissonnée face à l’ESS, nous fera le plus grand bien. Nous sommes donc hyper motivés, pour prouver que notre retour parmi l’élite est plus que mérité et que l’ASM se prévaut toujours du standing de grand spécialiste de la Coupe.


En tant que dernier rempart, vous avez particulièrement brillé lors des deux derniers tours, remportés aux TAB. Ce scénario est-il en passe d’être réédité ?
L’essentiel est que je suis prêt à négocier cette sentence, au cas où elle s’imposerait. Mais j’espère que mes coéquipiers scelleront bien avant le sort du match. Sur notre pelouse, en effet, nous sommes intraitables. Nous saurons faire la différence, soit sur des actions construites, soit sur les balles arrêtées. Une chose est sûre, c’est que nous serons concentrés jusqu’au bout, étant avertis que le CA marque généralement à la fin du match.


On vous dit motivé au plus haut point, aiguillonné un tantinet plus que vos camarades. Une raison particulière ?
Je ne vous le fais pas dire. Je suis sûr que vous faites allusion au dépit et à l’aigreur que j’ai ressentis à la fin de l’exercice écoulé. Ce qui m’a fait, en effet, le plus mal, ce sont les médisances de certains supporters qui m’ont carrément lynché. J’ai donc une revanche personnelle à prendre, envers moi-même avant tout. Déjà, le beau parcours en Championnat est un début de réponse. Il sera parachevé, je l’espère, par son corollaire en Coupe.


Propos recueillis par W.S.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com