Forcer un enfant à devenir droitier ? : « Une grosse erreur… »





De notre culture émane une croyance : «nous devons être droitiers»… Plusieurs parents forcent leurs enfants à le devenir. Ont-ils tort ?
Chaque culture a attribué aux côtés droit et gauche une «symbolisation» particulière. Les gauchers étaient «diabolisés» par plusieurs religions. L’on pensait même que la main gauche est dirigée par le diable… De nos jours encore, il arrive parfois qu’une personne gauchère soit regardée de travers ! Raison pour laquelle, plusieurs parents vont jusqu’à ligoter la main gauche de leur enfant gaucher pour le forcer à faire usage, seulement, de sa main droite. Pourtant, cela échappe généralement à son contrôle…
Mme Eya Nasri, psychologue, nous explique justement ce processus : «Certes, le développement psychomoteur et neurologique chez un enfant est un processus biologique qu’il faut surveiller de près. Une fois que l’enfant tend à acquérir une latéralité, qu’elle soit gauche ou droite, l’on peut être soulagé ! Or, si l’enfant à tendance à devenir gaucher, les parents s’inquiètent quant à son développement normal et à ses capacités d’adaptation. Pourtant, même si la latéralité est gauche, cela reste un élan naturel qu’il faut laisser s’exprimer. D’ailleurs, il faut bien que les parents comprennent comment ce processus fonctionne chez un gaucher.
En effet, lorsque l’hémisphère droit du cerveau prédomine, les enfants sont à latéralité gauche. Autrement dit, le développement moteur et neurologique de l’enfant se fait, naturellement, à partir de cet hémisphère du cerveau ! Le fait de forcer un enfant gaucher à devenir droitier est donc une grosse erreur. Ceci risque d’altérer le processus de développement naturel de son cerveau. Parce que la manualité est un élan naturel. Si on empêche un enfant de laisser libre cours à cette manualité, on empêche cet élan naturel! L’enfant ne le comprendra pas et peut même croire qu’il est puni pour quelque chose qui échappe totalement à son contrôle ! Cela peut même avoir un impact négatif sur son comportement ! Il n’admettra pas la réaction de ses parents, se renfermera dans sa coquille, se sentira agressé injustement et sera agressif !
Il n’est pas rare, en effet, de rencontrer des gauchers «contrariés» qui ont été forcés à devenir droitiers ! Alors arrêtons de nous inquiéter et aidons plutôt l’enfant à se développer dans le sens de sa latéralité naturelle. Parce que si l’enfant accomplit avec aisance les activités utiles (écriture, dessin, utilisation de cuillère), il n’y a aucune raison de s’inquiéter et encore moins d’entraver ce processus !
D’ailleurs, le fait d’être gaucher peut présenter plusieurs avantages. De nombreux sportifs ont su en profiter. Car la plupart des joueurs sont droitiers, et vont être surpris par un jeu «en miroir». Il est vrai, par ailleurs, qu’un gaucher serait plus victimes d’accidents domestiques liés à l’usage des outils parce que l’on vit dans une société dont les outils sont plutôt adaptés aux droitiers !
Cela dit, il y a justement parfois raison de s’inquiéter : lorsque l’enfant se confine toujours dans une tendance ambidextre (utiliser jointement la main gauche et droite) jusqu’à cinq ans. C’est le seul cas où il est nécessaire de consulter un psychothérapeute parce que l’absence de latéralisation prolongée peut évoquer une dyspraxie. Cela rend l’enfant maladroit parce qu’il ne maîtrise aucun côté et ses activités quotidiennes seront difficiles à réaliser. Cela nécessite une prise en charge à la fois médicale et psychologique. Raison pour laquelle si les parents suspectent que leur enfant est victime de dyspraxie, il faut consulter un pédiatre ou un psychologue».


Abir CHEMLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com