Ahmed Karam : Le taux de change est une arme de guerre !





Le monde est-il sorti de la crise ? Les taux d’intérêt vont-ils rester à des niveaux aussi bas qu’aujourd’hui ? Comment va se comporter la paire magique euro/dollar ?
Oui, nous nous interrogeons tous aujourd’hui si le monde est enfin sorti de la crise, si les taux d’intérêt vont rester à des niveaux aussi bas, si la Tunisie est sur la bonne voie et si le comportement de l’euro et du dollar vont bouleverser les choses.
Nous avons saisi l’occasion d’une rencontre organisée par l’Amen Bank sur les nouvelles approches dans la gestion des devises pour écouter les réponses de l’un de nos banquiers les plus renommés ; M. Ahmed Karam, PDG de l’Amen Bank.
m En Tunisie, quelles sont les conséquences de la libéralisation totale du dinar ?
q Deux points importants doivent d’abord être soulignés :
Depuis 1993, nous avons en Tunisie un marché des changes réellement bancaire, sans interférence de la Banque centrale de Tunisie. Un environnement de change totalement différent émergera en 2014, année que le Président Ben Ali a choisie pour la libéralisation totale du dinar. Cela influera radicalement sur notre marché des changes… Une manière nouvelle de concevoir l’optimisation. C’est une œuvre colossale à laquelle il faut se préparer dès maintenant. ‘‘Préparez-vous à des annonces spectaculaires dans le cadre de Tunis Place financière régionale.’’
Cette crise dont le monde a commencé à sortir à partir du 3è trimestre 2009 a changé de nature. Actuellement, on ne parle plus de crise mais d’après-crise.
En Tunisie, le schéma est très prudent. ‘‘Pour l’année 2010, nos planificateurs prévoient 4% de taux de développement et une hausse des exportations de 8%. Mais, avec ce qui se passe actuellement en Europe, nous sommes devant le défi majeur de diversifier nos partenaires. Tout indique que l’Afrique serait le prochain Eldorado après la Chine et le nombre de ceux qui se positionnent en Afrique est de plus en plus important et la Tunisie devrait faire partie de la tendance. Un autre point à assimiler : Certes le chômage reste récurrent mais nous sommes dans une année de transition ; un passage d’une situation de crise à une situation d’expansion.’’
m Le monde est-il sorti de la crise ?
q Oui, la crise économique est derrière nous mais il faut refaire nos comptes en matière de gouvernance mondiale, car cette réalité est véhiculée de différentes manières. La reprise est laborieuse aux USA, la crise est finie en Asie mais elle agit encore en Europe (1% de croissance en UE contre 10% en Chine).’’
m Les taux d’intérêt vont-ils rester à des niveaux aussi bas qu’aujourd’hui ?
q Pour sortir de la crise, les banques centrales ont pris des mesures non conventionnelles, dont des taux d’intérêt particulièrement bas. Mais, avec la reprise de la croissance, il y aura un regain d’inflation qui nous amènera automatiquement au relèvement des taux d’intérêt. Mais, quand la reprise est fragile, la hausse des taux d’intérêt peut agir négativement. Dilemme !
Si l’augmentation des taux d’intérêt a lieu, elle commencera sans doute aux USA et sera très péniblement suivie par l’Europe dont la marge de manœuvre est très limitée. Dans tous les cas, je vous conseille de vous endetter dès maintenant car nous vivons aujourd’hui les derniers jours des taux exceptionnellement bas. D’ici 2011, ils augmenteront de 0,75% à 1%.
m Comment va se comporter la paire magique euro/dollar ?
q Le taux de change est une arme de guerre ! C’est une arme pour s’assurer un positionnement économique de choix. L’exemple de la Chine est frappant, alors qu’elle s’entête à ne pas changer la parité du yuan avec le dollar !
Depuis la crise grecque, dont le risque est devenu équivalent à celui du Vietnam, on fait attention aux pays du ‘’club med’’ (Portugal, Irlande, Grèce) dont le déficit budgétaire va jusqu’à 8% et plus, alors que les critères de convergence européens l’établissent à 3%.
L’année 2010 sera une année noire pour l’euro. Les stratégies des pays européens ne sont pas les mêmes, y compris au sein du ‘’couple’’ France/Allemagne. Lors du dernier Sommet européen, la Grèce voulait recourir au FMI et c’est grave car cela implique que l’Europe n’est pas capable de faire face, seule, à une crise de ce genre.


Manoubi AKROUT


La toute première plateforme de change électronique


Amen Bank a évolué très favorablement en 2009. Ses engagements auprès de la clientèle ont augmenté de 26% et ses bénéfices ont évolué de 15%. Ses ratios sont à la rencontre des exigences de la Banque centrale et elle poursuit ses innovations. Avec sa plateforme de change électronique, vous pouvez atteindre la salle des marchés à partir de votre bureau et cela fait six mois que cette ‘’révolution’’ est en marche.
Amen Bank a créé ‘’@menfx’’, la première plateforme de change électronique en Tunisie. Un service très développé qui vous permettra, depuis votre terminal, d’accéder directement au marché le plus important au monde (autrefois réservé uniquement aux banques), de partager les informations et les mises à jour en temps réel des prix des principales devises entre elles ou par rapport au dinar tunisien et d’intervenir instantanément pour réaliser vos transactions de change au comptant et d’éditer en même temps les confirmations des opérations.
Les cours offerts seront plus compétitifs que ceux habituellement pratiqués au téléphone par les cambistes. Ceci découle des avantages suivants :
--Gain de productivité
--Gain de délai
--Meilleure sécurité
--Réduction des coûts directs et indirects, notamment de confirmation de l’opération.
Le volet sécurité a été également renforcé par le recours à la certification électronique délivrée par l’ANCE permettant l’authentification forte de la signature des opérations effectuées en vue d’assurer la preuve des transactions, leur intégrité et leur confidentialité.


M.A.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com