Anis Boujelbène : «Profiter de notre avantage psychologique»





Le milieu clubiste promet une très bonne sortie devant la JSKabylie et une qualification méritée...
m Revoilà Anis parmi les titulaires après une longue période d’instabilité. Comment expliquer ces mois de tâtonnement ?
n C’est vrai que je voulais jouer dès mon arrivée au Parc A, mais j’avais des problèmes physiques et j’étais obligé de suivre un programme de travail spécifique. Par la suite, j’ai été appelé à jouer mais quelques bobos m’ont contraint à retarder mon retour. A présent, j’ai retrouvé toutes mes sensations physiques et je suis en train de progresser d’un match à l’autre. J’espère continuer sur cette lancée car le CA m’a engagé pour jouer et aider l’équipe à réaliser ses objectifs et à remporter le titre. Je supporte mal d’être là pour faire de la figuration...
m Le CA n’arrive toujours pas à décoller pour de bon. Qu’est-ce qui l’en empêche ?
n D’abord, il ne faut pas passer sous silence que nous occupons la seconde place au classement avec de réelles chances pour remporter le titre, que le CA est toujours qualifié en Coupe de Tunisie et que nous sommes là, également, en Ligue des champions. C’est vous dire que le bilan provisoire n’est pas aussi mauvais que ça, mais nous sommes tous persuadés que l’équipe est capable de faire beaucoup mieux. Nous avons manqué de régularité et perdu beaucoup de points, mais rien n’est encore compromis.
m En Ligue des champions, vous arrivez à peine à vous imposer. Des sueurs froides contre le Sahel Nigérien et un nul heureux face à la JSK. Peut-on parler dès lors d’un parcours convaincant ?
n Sur le plan résultat et manière de jouer, nous n’avons pas montré beaucoup de choses. Nous étions toujours à la recherche de notre équilibre et le coach a mis du temps pour le trouver. Les joueurs font toujours de leur mieux, mais le résultat final ne traduit pas fidèlement le volume de jeu présenté. Face à la JSK, nous avons affronté d’autres problèmes et situations inattendus, mais nous avons réagi de très belle manière et ce match a prouvé que le CA a réellement beaucoup de ressources. Le résultat nul à domicile ne peut pas être considéré bon mais lorsqu’on joue à neuf contre onze dès la vingtième minute, il est quasi impossible de faire plus que ce qui a été fait.
m Vous pensez, alors, qu’on verra un autre CA cet après-midi à Tizi Ouizou...
n Sûrement, d’autant plus que tout reste à faire pour les deux équipes. Je considère même que le fait de marquer à l’adversaire en infériorité numérique peut être considéré un avantage psychologique considérable que nous devons fructuer et en tirer le meilleur profit.
m Avant d’en arriver là, le CA doit marquer au moins un but chez l’adversaire. Allez-vous opter, alors, pour l’offensive ?
n Nous sommes conscients de ce qui nous attend et nous allons évoluer en fonction des forces et des faiblesses de l’adversaire. Toutefois, nous penserons à attaquer en temps opportun car, faut-il le rappeler, nous jouerons dans des conditions favorables à la JSK et il faut éviter de verser dans la précipitation.
m Le CA s’est déplacé sans plusieurs de ses atouts dont Souissi, Alexis et Dhaouadi. Leur absence doit sûrement vous inquiéter. Pensez-vous sincèrement s’en sortir sans eux ?
n J’ai déjà rappelé que nous avons marqué à neuf. Ceci veut dire que le CA demeure aussi fort malgré ces absences. Certes, le poids de ces joueurs et leur influence sur le terrain sont grands, mais nous disposons de belles cartes à jouer pour surprendre l’adversaire. C’est dans l’adversité que la valeur d’une équipe est jugée plus objectivement et vous verrez, tout à l’heure, un CA qui fera plaisir à voir...


Propos recueillis par : Kamel ZAÏEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com