Prix littéraire «Abou El Kacem Chebbi» : Un Egyptien à l’honneur





Le poète égyptien Mohamed Alaâ Abdelhadi a remporté le prix littéraire « Abou El Kacem Chebbi » que parraine depuis 1986 la Banque de Tunisie (BT).
Dans le cadre enchanteur de Dar Hassine, au cœur de la médina de Tunis, le poète égyptien Mohamed Alaâ Abdelhadi a vu couronner le fruit des années de labeur et d’amour pour la poésie. C’est lors d’une prestigieuse réception marquée par la présence de M. Abderraouf El Basti, ministre de la Culture et de la sauvegarde du patrimoine, Mme Alia Abdallah, présidente-directrice générale de la Banque de Tunisie et de l’écrivain Ezzeddine Madani que le prix littéraire « Abou El Kacem Chebbi » pour l’année 2009 a été décerné au lauréat. Universitaire, l’enfant du Nil a à son compte dix recueils de poèmes et plusieurs essais où il a tenté de décortiquer et d’analyser le paysage poétique arabe ; trente cinq ans de créativité qui ont valu à l’aède égyptien plusieurs consécrations et également la traduction de ses œuvres en plusieurs langues (en anglais, espagnol et hongrois). «Nous sommes heureux aujourd’hui d’accueillir une plume qui a contribué à l’évolution de la scène poétique arabe et dont les écrits ont fait l’objet de plusieurs études critiques et analytiques. Nous venons de célébrer en 2009, le centenaire de la naissance de l’un des grands poètes de la Tunisie, Abou Al Kacem Chebbi et nous avons saisi l’occasion de la remise de ce prestigieux prix pour offrir à cette voix poétique égyptienne la nouvelle édition d’un ouvrage publié par la BT, comportant une sélection des poèmes de Chebbi, richement illustrés par des peintures d’artistes tunisiens», a expliqué Ezzeddine Madani qui veille depuis de longues années à la sélection des œuvres et la réussite de la manifestation qui célèbre la création dans tous ses genres.
Au royaume des aèdes
Réservé cette année à la poésie, le prix a été décerné au recueil «Mohmal: tastadillouna alayhi bidhill», après avoir examiné les œuvres présentées par 85 candidats venant de douze pays arabes dont on cite : l’Egypte, la Syrie, l’Irak, l’Arabie-Saoudite, la Jordanie, le Sultanat d’Oman, l’Algérie, la Palestine, le Maroc et évidemment la Tunisie. «J’ai passé sept ans dans l’écriture de ce recueil et j’ai voulu que sa structure accompagne ce qu’on vit aujourd’hui», nous a confié le lauréat avant la cérémonie sur une note joviale, témoignant de sa fierté d’avoir remporté ce prix portant le nom de l’une des figures de proue de la scène culturelle tunisienne.
Le ministre de la Culture et de la sauvegarde du patrimoine a félicité également l’aède égyptien, remerciant la Banque de Tunisie pour ses réalisations en matière de parrainage et de mécénat des projets culturels et d’avoir participé au centenaire du Poète de la Vie en rééditant un recueil de Chebbi richement illustré grâce au talent de plusieurs artistes plasticiens tunisiens. Prenant la parole, la présidente directrice générale de la Banque de Tunisie a confirmé l’attachement de l’entreprise qu’elle dirige à aller encore loin dans l’encouragement de la créativité pour un meilleur rayonnement de la culture tunisienne.
Il est à rappeler que ce prix a récompensé au cours des éditions précédentes des œuvres littéraires tunisiennes et arabes appartenant à différents genres littéraires: poésie, nouvelle, roman, essai et texte théâtral. Pour l’édition 2008, réservée au théâtre, c’est le Jordanien Hazzaâ Barari qui a remporté ce prestigieux prix.


Imen ABDERRAMANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com