«12 Libanais en colère» (Liban) : Le huis clos par excellence





Le documentaire de Zaina Daccache n’est autre que la reprise de l’un des meilleurs films de Sydney Lumet «12 hommes en colère», avec Henry Fonda dans le rôle principal. Topo.
Pour clore cette 5ème édition de ‘Doc à Tunis’, les organisateurs ont choisi de projeter le documentaire «12 Libanais en colère». Un film pour lequel Zaina Daccache a choisi de raconter le vécu de 12 prisonniers libanais à Roumieh. Plus d’une année durant, la réalisatrice a pris en charge les prisonniers en répétant avec eux la pièce de Reginald Rose. Mais quel est donc ce film qui a lancé à lui tout seul un genre : les films de tribunaux?
Les douze hommes outragés forment un jury; Un jury qui débat de la culpabilité d’un jeune Portoricain accusé de parricide. Ces douze hommes ordinaires rassemblés dans une salle du palais pour dire en leur âme et conscience leur conception de la justice, sont censés représenter la dame aveugle. Et le huis clos dramatique auquel le cinéaste Sydney Lumet convie le spectateur à respecter la règle des trois unités : celle de temps, de lieu et d’action. Ce qui en fait véritablement une pièce de théâtre filmée.
Un film qui se veut et qui est une réflexion sur la démocratie et ses mécanismes.
Henry Fonda y joue le huitième juré qui, argument après argument, arrive à la conclusion selon laquelle il vaut mieux laisser un coupable en liberté qu’un innocent en prison.
Une œuvre qui sert de référence à de nombreux films. En effet, nombreuses sont les œuvres qui ont épousé le rythme d’un procès d’assises avec ses coups de théâtre, ses moments d’éloquence, ses réquisitoires et plaidoiries où le talent de l’orateur, l’avocat se confond souvent avec celui d’acteur
Citons toutes les adaptations des romans de John Gricham comme «The gingerbread man» (avec Kenneth Branagh), «La firme» ( avec Tom Cruise), «Crime et pouvoir» (avec Gene Hackman et Dustin Hoffma)…


W.M.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com