Ouverture du dépôt des candidatures aux Municipales : L’opposition à la traîne, les indépendants sur les starting-blocks





A l’heure où le RCD gère l’abondance, l’opposition aura beaucoup du mal à s’offrir les 25% des sièges qui lui sont réservés dans les conseils municipaux. Une brèche par laquelle comptent s’engouffrer les indépendants.
Le dépôt des candidatures aux élections municipales prévues le 9 mai prochain s’est ouvert dimanche dernier à 8 H 30. Il se poursuivra jusqu’au samedi 17 avril à 18 H30. Conformément au Code électoral et au décret N° 104 promulguée le 26 janvier 2010, la campagne électorale démarrera le 2 mai et se poursuivra jusqu’au 7 du même mois. C’est dire que la course électorale est désormais entrée dans la phase du sprint final.
Le Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD) a géré l’abondance en matière de constitution des listes en organisant des élections internes pour choisir les deux tiers des candidats, le tiers restant désigné. Fort de ses 2,7 millions d’adhérents et d’un maillage territorial très serré et d’une trésorerie confortable, le RCD, qui devrait présenter ses listes le vendredi 16 avril, est sûr de remporter, au moins, 3358 sièges correspondant aux 75%, soit le seuil maximal qu’un seul parti peut obtenir, selon le Code électoral tel qu’amendé le 13 avril 2009.
Le Code électoral permet désormais à l’opposition de remporter 25% des sièges des conseils municipaux. Ce quota était fixé à 80% lors des élections de 2000 et 2005.
Ainsi, si les partis de l’opposition parviennent à présenter des listes dans toutes les circonscriptions et si leurs listes obtiennent plus de 3% de voix, ils pourront remporter 1072 sièges.
Difficultés
Force est de remarquer, toutefois, que , l’opposition peine à former un nombre suffisant de listes pour remporter le quota qui lui est réservé en dépit du fait que trois partis participeront pour la première fois au scrutin (le Mouvement Ettajdid, le Forum Démocratique pour le Travail et les libertés, et le Parti des Verts pour le Progrès), ce qui portera le nombre des partis de l’opposition qui présenteront des listes à sept cette année contre quatre en mai 2005. Ainsi, le Mouvement des Démocrates Socialistes (MDS) table sur la présentation de 80 listes.
Le Parti de l’Unité Populaire (PUP) devrait, quant à lui, présenter 50 listes contre 40 listes pour l’Union Démocratique Unioniste (UDU), 25 pour le Parti Social Libéral (PSL), 20 pour le Parti des Verts pour le Progrès (PVP).
Malgré leur alliance avec une autre mouvance de gauche dissidente du Parti Démocratique Progressiste (PDP) connue sous l’appellation de «la Réforme et le Développement», le Mouvement Ettajdid et le Forum Démocratique pour le Travail et les libertés (FDTL) devraient présenter une vingtaine de liste tout au plus.
Aubaine
Les difficultés que rencontre l’opposition pour constituer des listes sont essentiellement dues au manque de moyens humains et financiers. Une aubaine que les indépendants comptent exploiter pour accroître leurs présence dans les conseils municipaux. Une vingtaine de liste devraient être, en effet, présenté notamment à Tunis, Gafsa et Monastir.
En 2005 le R.C.D s’est présenté dans les 264 municipalités. Les quatre partis de l’opposition qui ont participé à ces élections ont présenté des listes dans 65 circonscriptions. Le R.C.D a obtenu 4.098 sièges sur un total de 4.366 sièges. Le Mouvement des Démocrates Socialistes (MDS), le Parti de l’Unité Populaire (PUP), l’Union Démocratique Unioniste (UDU) et le Parti Social Libéral PSL ont remporté respectivement 107, 88, 51 et 16 sièges. Les 6 sièges restants sont revenus par une liste indépendante au niveau de la circonscription de Hammamet.


Walid KHEFIFI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com