Ils ont réussi…/Nader Yammoun : Un jeune entrepreneur au firmament





N’est-ce pas prodigieux de voir un jeune rêver, croire en ses compétences et allant de l’avant vers la prospérité et la réussite. enter Notre jeune du jour est Nader Yammoun, jeune entrepreneur et directeur de “Web Design” : entreprise de conception et de développement de sites Web, nous parle de son parcours professionnel digne de considération. enter Pour en savoir plus “Le Quotidien” a refait le chemin qui a conduit notre interlocuteur au succès et à la réussite. enter enter Le Quotidien : Pouvez-vous parler de votre réussite en tant que jeune entrepreneur ? enter enter N. Yammoun : Pour commencer, je dois avouer que je ne mérite pas que l’on me voue “Le piédestal” de la réussite. Certes, je suis sur le bon chemin. Mais je ne peux pas dire que j’ai atteint mes objectifs. enter D’ailleurs, ma devise dans la vie est de ne jamais croire qu’on a atteint notre objectif. C’est un sentiment d’égocentrisme qui accable les ambitions. La réussite n’est autre, en effet, que de travailler, innover et cravacher dur. enter Ceci dit, il faut toujours rester vigilant et ouvrir l’œil vu les risques et les aléas du marché, et surtout relever le défi de la compétitivité. enter enter Le Quotidien : Et si on revient à la case départ... enter enter N. Yammoun : J’ai suivi mes études supérieures à l’Institut de Presse et des Sciences de l’Information spécialité communication publique. Alors que je suis encore étudiant, l’avènement des nouvelles technologies de l’information et de la communication a radicalement changé le regard des jeunes sur le monde. J’en ai profité pour en faire un sujet de mémoire de fin d’étude. Il faut dire qu’à cette époque, j’étais déjà connecté à internet qui n’était que peu répandu. J’ai fait de la recherche, j’ai trouvé de la documentation nécessaire sur le tourisme sur le Net. Les résultats de cette “veille” ont donné naissance à mon projet de fin d’études qui consiste à la création d’un cahier de charges pour la réalisation d’un site internet promotionnel de la ville de Tunis. enter J’ai transposé les résultats de mon projet pour l’orienter vers ma vie professionnelle. Pragmatisme oblige, j’ai choisi le crréneau N.T.I.C. enter enter Le Quotidien : Pouvez-vous nous parler de vos débuts ? enter enter Puisque j’ai suivi des études en communication publique, un de mes professeurs m’a suggéré une formule de “consulting” en stratégie de communication interactive en faveur d’un grand groupe d’agro-alimentaire. Ainsi, j’ai signé mon premier contrat. Je travaillais au début presque à domicile, dans des centres d’étude et évidemment sur le web. Un peu plus tard, j’ai présenté mon rapport en février 99. C’est une grande réussite vu que j’ai eu d’autres clients qui sont à plus de 70% du secteur public. enter enter Le Quotidien : Comment avez-vous financé votre projet ? enter enter N. Yammoun: Au début, comme j’avais “la chance du débutant”, la Commission nationale du commerce électronique a proposé un projet-pilote. On a été retenu par une filiale pour qui on a réalisé le premier site web marchand transactionnel. J’ai réservé une partie de mes premiers gains à mes créanciers. Mais c’est la Banque Tunisienne de Solidarité qui m’a aidé à équiper mon bureau, j’ai demandé un crédit et on m’a accordé 15.000 DT. Une somme suffisante pour la location d’un local et pour également l’équipement. enter Ce coup de pouce de la part de la B.T.S. m’a vraiment aidé, surtout qu’ils ont pas exigé une hypothèque et ils ont été souples avec moi, quant au remboursement du prêt. enter enter Le Quotidien : Pour conclure quel conseil pouvez-vous donner aux jeunes ? enter enter Surtout soyez-ambitieux, croyez-en vos capacités et ne désespérez pas. enter Nous vivons dans un pays où le rêve est permis. Tout est en effet, fait pour réussir surtout lorsqu’il s’agit de jeunes. enter enter Interview conduite par enter Abir CHEMLI OUESLATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com