Arts plastiques : L’inde sous le vent du modernisme





Une bonne collection d’œuvres figuratives indiennes modernes est à découvrir
respectivement à Sousse, Ben Arous et Carthage, du 13 avril au 22 mai.
«L’art figuratif indien moderne» est le thème d’un grand rendez-vous pictural proposé par l’ambassade de l’Inde en Tunisie avec la collaboration du comité culturel national et le Conseil des relations culturelles indien.
Vingt-neuf tableaux représentant les différents mouvements de l’art figuratif indien moderne sont à découvrir à travers cette exposition itinérante hébergée actuellement et jusqu’au 21 avril, au Centre culturel de Sousse. Les deux prochaines escales sont programmées à la galerie des arts de Ben Arous, du 23 au 30 avril et à l’espace Sophonisbe à Carthage. «L’art figuratif indien moderne» se veut une fenêtre ouverte, un éclaircissement sur quelques fragments de l’histoire de l’art de cette Inde de merveilles dont les plus anciennes peintures, connues par les pétroglyphes, remontent à plus de 5 500 av. J.-C.
Répartie sur trois axes, l’exposition offre aux visiteurs une vision assez détaillée de la peinture indienne moderne à travers trois écoles, à savoir, les pionniers de l’Ecole moderne du Bengale, le groupe des artistes progressistes et les artistes peintres femmes qui ont marqué la scène picturale indienne. S’imposant comme un mouvement d’avant-garde nationaliste faisant face à la peinture académique, l’Ecole du Bengale sera présente à travers les œuvres de peintres ayant fréquentés l’école de peinture de Calcutta, à savoir Jamini Roy, K.G.Subramanyan et Ramachandran. Une deuxième collection d’œuvres du groupe des artistes progressistes formés en Europe et influencés par le cubisme, le surréalisme…
L’exposition offre entre autres au grand public l’occasion de découvrir une pléiade d’artistes peintres femmes telles qu’Arbita Singh, Arpana Caur et Anjolie Ela Menon, de l’école des beaux arts de Paris et Chevalier des arts et des lettres et Amrita Shergil, de l’Ecole des beaux arts de Paris et 1e peintre asiatique membre du Grand Salon de Paris. Décédée à l’âge de 28 ans, cette dernière est aujourd’hui l’objet d’un culte en Inde où elle est considérée comme la pionnière des peintres indiennes, la fondatrice de l’art moderne et surtout une figure de l’émancipation féminine.
Toutes ces belles histoires d’une Inde fabuleuse qui continue à faire rêver le monde seront relatées à travers une collection de vingt-neuf tableaux de ses meilleurs peintres contemporains.


Imen ABDERRAHMANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com