Musique : S’hili, un cheikh des temps modernes





Avec « Maouel », le Centre des musiques arabes et méditerranéennes (CMAM) poursuit la promotion des artistes tunisiens.
Depuis quelques années, la direction du Centre des musiques arabes et méditerranéennes a pris en charge l’encouragement des artistes tunisiens à travers le lancement des CD, comportant des productions typiquement tunisiennes. Huit CD ont déjà vu le jour dans le cadre de ce projet ambitieux qui a accompagné la programmation habituelle, apportant du soutien aux voix tunisiennes.
« Maouel » est le nouveau-né musical, sous le label d’Ennejma Ezzahra ; titre où le chanteur Moqdad S’hili revisite l’une des formes principales d’improvisation vocale. Enregistré en live dans le cadre de la 1e édition de la manifestation musicale annuelle « Musiciens de Tunisie », en 2007, l’album réunit trois artistes chevronnés Moqdad S’hili pour le chant, Slim Jaziri au qanun et Chokri Bahloul au violon. Sept compositions sur des textes et de poèmes d’Ibn Marcya, Oum Hani, Imam Al-Adham, Imam Chafiî et Safii Eddine El Helli sont à savourer. La voix envoutante et mélodieuse de S’hili rappelle bel et bien l’âge d’or du « mawwal » et ses maîtres les plus érudits comme cheikh Mohamed Othman, cheikh Abderrahim El- Masloub, cheikh Mohamed Rifat, cheikh Essaïyed Ennakchabendi et le chanteur Mohamed Abdelmouttalib.
Neuvième album dans le catalogue du palais Ennejma Ezzahra, le CD « Maouel » est venu consolider le bouquet de productions musicales du centre, lançant auparavant « tarab » d’Ali Derouiche (1993), « Tawchih » de Sonia M’barek (1998) et « Toubou’» de Mohamed Saâda.
Notons que suite à « Maouel », le Centre des musiques arabes et méditerranéennes s’apprête à lancer « Farha », un CD comportant des compositions de l’artiste défunt Kaddour Srarfi.


I.A.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com