Super play off (Finale aller) : Aux Etoilés une bataille, mais pas encore la timbale





E.S.S.  : 74
S.N.  : 71


A l’issue d’un match d’une moyenne teneur technique, l’ESS remporte la première manche.
Le plus dur a-t-il, pour autant, été fait ?
Oui et non à la fois, dans la mesure où généralement les Etoilés trébuchent chez eux, comme ce fut le cas la saison écoulée au même stade du super play off, c’est-à-dire la finale aller, ainsi que cette saison pour le compte du play off.
Corrélativement aussi, les Potiers, désormais dos au mur et condamnés à l’emporter au retour pour espérer décrocher la timbale lors de la belle, s’investiront outrancièrement pour s’imposer.
Pour ce qui est donc du face-à-face inaugural, il n’a pas tout à fait tenu ses promesses.
Au cours du premier Q.T., un homme va éclipser tout le monde, parvenant à marquer 10 points en 10’, dont deux paniers à... 3 points. Aussi attrayant que surprenant de la part de la force montante (un qualificatif qui lui va comme un gant, au vu de ses 2,16 mètres) du basket national, l’impressionnant Salah Mejri. En face, hormis un début tonitruant de Sergueï, la comparaison n’a pu être soutenue par les M. Hadidane et le Russe. Les Potiers se ressaisissent lors du second Q.T., le meilleur négocié au vu du score partiel qui le sanctionna (15-24), grâce à l’abattage de Knioua et l’adresse de Trabelsi, outre une nette amélioration dans le jeu intérieur, surtout après la troisième faute commise par Mejri. Les deux derniers Q.T furent âprement disputés. Côté sahélien, Toumi va enfin optimiser ses principaux atouts, à savoir la puissance athlétique et le jeu en contres, Ben Romdhane retrouve toute sa force de percussion sous les cerceaux, alors que Essayed fera parler toute son expérience, en signant un panier à trois points à un moment crucial et surtout en abattant un énorme ouvrage défensif. Côté nabeulien, Mohamed Hadidane et Sergueï, le Russe alliant élégance et efficacité, parviennent à neutraliser leurs vis-à-vis, jusqu’à 1’25’’ de la fin où l’écart de 5 points (73-68) s’avérera décisif.
L’ESS gagne ainsi une bataille, peut-être la plus stratégique, mais le SN est loin d’avoir ployé. Ce qui augure d’une seconde manche de feu. Pourvu que les arbitres ne faussent pas le spectacle en s’abstenant de dégainer, pardon de siffler, tout aussi promptement et à tout bout de champ.


Wahid SMAOUI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com