Les espoirs de Laâtiri





Pour l’entraîneur de l’ESHS, la victoire obtenue aux dépens du CA est plus que significative. Elle permet aussi à l’Espoir de garder... espoir.
Une première mi-temps éblouissante et puis l’incapacité de se maintenir à ce rythme, pourquoi ?
Le phénomène n’est ni surprenant ni inquiétant. Je m’explique : Nous avons cherché à bousculer notre adversaire dès le coup d’envoi. Nous y sommes, d’ailleurs, parvenus puisque c’est au cours des quarante cinq minutes initiales que nous avons marqué (8’ et 38’).
Le CA s’est par la suite, retrouvé et a placé le match sur un plan physique. Il était donc naturel que notre liberté d’action et notre rythme s’en ressentent.
Voyez-vous que le problème essentiel de l’Espoir concerne l’attaque ?
Au risque de vous étonner je vous dit que notre attaque a mieux carburé que ces derniers temps (deux buts face au ST et deux autres contre le CA). Et la preuve est que nous nous sommes crées beaucoup d’occasions de but. Nos attaquants ont beaucoup bougé et souvent joué sans ballon, ce qui constitue un grand progrès en soi.
Les joueurs de Hammam-Sousse tiraient beaucoup vers le but adverse, profitant des mauvais dégagements de leurs défenseurs. Peut-on croire que ce schéma a été étudié à l’entraînement ?
Effectivement, depuis belle lurette, nous insistions particulièrement sur ce point à l’entraînement. Nous avons pour consigne de placer deux milieux aux abords des dix-huit mètres adverse pour essayer de profiter des mauvais dégagements de l’adversaire.
Il en est aussi de même en défense où nous plaçons deux demis ou même deux avants pour empêcher l’adversaire de nous surprendre sur des tirs lointains.


Propos recueillis par : Mabrouk KAHIA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com