Chronique judiciaire : Amis, dans le meilleur comme… en prison





Trois jeunes originaires de Tunis ont comparu cette semaine devant le tribunal de première instance de Tunis. Accusés de vol, de complicité et d’abus de confiance, les accusés ont fait volte-face devant la cour.
C’est une histoire d’amitié qui a tourné au drame. En effet, les trois jeunes étaient des amis d’enfance. Ils ont appris à se faire confiance en toutes circonstances. L’un deux travaillait dans une boutique de vente de chaussures. Durant des années, il a appris le métier et son employeur l’a pris sous son aile. Chaque fin de semaine il se retrouvait avec ses amis, ils passaient des heures ensemble. Un samedi, le propriétaire ayant quelques obligations, a confié les clefs de sa boutique au jeune employé. Il lui a demandé de bien vérifier les lieux avant de partir et de fermer la porte à double tour en rentrant.
Aux alentours de midi, le jeune homme a exécuté les ordres et est rentré chez lui pour retrouver ses amis avec qui il a passé toute la soirée du samedi. Au moment de rentrer à cinq heures du matin, il a proposé à l’un d’eux de passer la nuit, ou ce qu’il en restait, chez lui. Une proposition que l’ami a acceptée. Ne doutant de rien, l’ami s’est rapidement endormi. Son hôte, quant à lui, s’est faufilé dans le noir et est ressorti sans prévenir personne. Il s’est rendu à son lieu de travail, ouvert la porte, et s’est dirigé vers la coffre où son employeur cachait son argent. Ayant les clefs, il l’a ouvert et pris toute la somme qu’il a trouvée : 8500 dinars. Puis, il est ressorti en prenant la peine de refermer derrière lui, et il est arrivé à son domicile à 7 heures du matin.
A son arrivée, il a réveillé son invité et lui a confié 2000 dinars en lui demandant de ne poser aucune question. Il lui a affirmé que c’est son employeur qui lui a confié l’argent. Quelques heures plus tard, il s’est rendu chez son deuxième ami et lui a confié 2000 dinars en lui racontant la même histoire. Ensuite il a disparu durant toute la journée du dimanche.
Aucun de ses amis ne s’est douté de l’histoire ni de la provenance de l’argent. Ils avaient une confiance aveugle en lui.
Le lendemain, a l’heure d’ouvrir sa boutique, l’employeur s’est rendu compte qu’il a été volé. Ne remarquant aucune effraction, il a rapidement compris que son jeune employeur l’a trahi. De suite, il s’est dirigé au poste de police et a porté plainte.
En quelques heures, l’accusé a été arrêté. Lors de l’interrogatoire, il a avoué les faits en indiquant où il cachait l’argent. Ses amis ont été aussitôt arrêtés à leur tour.
Inculpés de vol, d’abus de confiance et de complicité de vol, les trois accusés ont avoué les faits devant la cour. Les complices quant à eux, n’ont cessé de clamer leur innocence.
L’affaire a été mise en délibéré.


Anas




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com