Election du nouveau Bureau federal : La surprise n’a pas eu lieu !





Finalement, il n’y a pas eu de surprise de dernière minute et c’est M. Ali Hafsi,
le favori qui a eu le dernier mot…
C’était dans l’air, mais il a fallu attendre le vote et le décompte pour s’en assurer. Avant même de parcourir tous les bulletins, le verdict était déjà annoncé. Une majorité écrasante s’est rangée du côté de l’ancien président de la Ligue professionnelle.
Le plus dur commence…
Les travaux de cette Assemblée Générale élective n’ont valu que par le dernier point de l’ordre du jour, celui relatif à l’élection du nouveau Bureau fédéral. Là, un certain suspense a plané pendant quelque temps, mais le vote a été très sélectif: 257 voix pour Ali Hafsi et 66 pour Ayed. La victoire du premier ne surprend pas en soi, mais c’est l’ampleur de l’écart entre les deux hommes qui a étonné et même les plus optimistes des «Hafsiens» ne s’attendaient guère à voir leur liste écraser sa rivale de telle sorte. Est-ce un signe de rassemblement autour de Hafsi ? L’absence de noms imposants à part de celui de Riadh Ayed dans le camp d’en face a-t-il pesé sur la balance pour aboutir à un tel verdict ? Ou peut-être que les clubs ne veulent pas courir le risque de composer avec un Bureau fédéral constitué de «bleus» sans grande expérience.
Les réponses à ces interrogations ne sont pas évidentes, mais il y a eu un peu de tout pour constituer un tel bloc. Et puis, pour les nouveaux dirigeants de la FTF, n’est-il pas mieux de débuter leur mandat avec un tel front uni…? Toutefois, le moment n’est plus aux promesses et aux programmes électifs. L’euphorie, après une telle victoire, va devoir être de courte durée, car il y a un travail énorme qui attend les nouveaux locataires de la fédération. M. Hafsi a lui-même déclaré ces derniers jours qu’à partir du 6 mai (ndlr hier), il n’y aura plus de répit: la fin de la saison, la finale de la coupe et le match Tunisie-France avant de se tourner vers les dossiers les plus importants du football tunisien. De même, on attendra la répartition des tâches au sein du BF pour mieux situer les capacités des uns et des autres à s’attaquer positivement aux problèmes actuels du foot. Entre-temps, Ridha Ayed ne devrait pas trop ruminer cet échec. Il a eu le courage de constituer une belle équipe et de jouer le jeu jusqu’au bout et rien que pour ceci on peut même dire qu’il a été, lui aussi, gagnant…


Kamel ZA?EM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com